Accueil » Europe » Lecture courante:

Union Européenne : les députés regrettent la lenteur des progrès en Turquie

Le Parlement s’inquiète de la “lenteur” des progrès réalisés en matière de droits de l’homme et de réformes de grande ampleur en Turquie en 2010.

Les députés se sont également félicités du statut officiel de candidat du Monténégro, en dépit des inquiétudes concernant la corruption. Deux résolutions distinctes sur les progrès des négociations d’adhésion de la Turquie et du Monténégro ont été adoptées mercredi 9 mars.

L’impasse Chypre-Turquie, le manque de dialogue entre les partis politiques turcs et la remise en cause de la liberté de presse et d’autres droits fondamentaux en Turquie sont les principaux facteurs qui ralentissent les négociations d’adhésion de l’UE, a expliqué le rapporteur, la Néerlandaise Ria Oomen-Ruijten (parti populaire européen).

Les députés se félicitent de l’adoption par la Turquie d’amendements à la constitution, mais soulignent qu’”une réforme constitutionnelle globale est encore nécessaire pour transformer la Turquie en une véritable démocratie“. Les députés ont également salué la récente conclusion des négociations portant sur un accord de réadmission entre l’UE et la Turquie. Une fois l’accord entré en vigueur, la Commission devrait engager “un dialogue sur les visas, en s’attachant particulièrement aux conditions d’entrée des hommes et femmes d’affaires et des étudiants“.

Parmi les principaux défis qui subsistent, les députés énumèrent la détérioration inquiétante de la liberté de la presse, y compris l’autocensure des médias nationaux et des sites Internet, la situation des femmes avec l’augmentation des crimes d’honneur et des mariages forcés, ainsi que l’absence de protection des minorités religieuses. “Seuls des progrès limités” ont été accomplis pour assurer la protection juridique des communautés religieuses afin qu’elles puissent avoir leurs propres propriétés, gérer  les lieux de culte et former leur clergé, ajoutent-ils.

Le libellé du texte résulte d’âpres négociations entre les groupes politiques du Parlement. Le Parti populaire européen a accepté de retirer un amendement invitant les institutions de l’UE à “étudier la possibilité d’établir un partenariat privilégié” avec la Turquie, en tant qu’alternative à l’adhésion à l’UE.

En échange, la commission a évité de mentionner l’ “objectif commun d’adhésion à l’UE” pour la Turquie, que les socialistes auraient souhaité. Le texte utilise la même formulation que l’an dernier, décrivant l’ouverture des négociations d’adhésion de la Turquie en 2005 comme le “point de départ d’un processus ouvert et de longue haleine“.

Share
Ramazan 9 mars, 2011 Europe No Comments >> Mots clés:

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum