Accueil » En bref »France » Lecture courante:

Une famille turque vit dans la peur d’être expulsée de France

C’est un père de famille de 39 ans que les gendarmes ont interpellé lundi, à son domicile du lotissement de l’hippodrome, à Bollène. L’homme fait l’objet d’une procédure de reconduite à la frontière, car ses papiers ne sont pas en règle.

Ozay Yildiz est emmené vers le centre de rétention administrative (CRA) de Nice. Mercredi, les autorités tentent de lui faire prendre l’avion direction Istanbul, capitale de la Turquie son pays d’origine.

Il refuse, tant est si bien que le personnel naviguant prend la décision de ne pas l’accepter à bord. Depuis le Bollénois n’a pas quitté le CRA. Une histoire banale, que des milliers de sans papiers vivent chaque année.

Sauf que Ozay Yildiz laisse une femme et trois enfants seuls à Bollène. Une situation qui n’a pas tardé à interpeller la communauté turque, très présente dans la commune.

Voisins, amis, famille, tout le monde fait corps autour des Yildiz. “Ce n’est pas un criminel, c’est quelqu’un qui travaille pour nourrir sa famille et vit depuis neuf ans en France” commente Serkan Balkan, un de ses amis. Ozay est maçon, dernièrement une entreprise lui avait délivré une promesse d’embauche.

Il faut dire que la famille Yildiz ne vit pas cachée. Au contraire les trois enfants sont scolarisés : Naki 14 ans au collège Henri-Boudon, et Gülbahar 11 ans et Eren-Can 7 ans à l’école Jean-Giono. La communauté éducative s’est d’ailleurs mobilisée pour fournir attestations de scolarité et lettre de recommandation faisant état d’un bon comportement.

“Nous, on ne sait pas lire et écrire en turc, alors qu’est ce qui va nous arriver si on nous renvoie là-bas” s’inquiètent les enfants. “Mon mari est diabétique, je me fais beaucoup de soucis pour lui. J’ai un fils de 7 ans qui est né grand prématuré en France, il a besoin de soins réguliers, tout ça n’est pas bon pour lui” plaide Gulderen, la femme d’Ozay.

“C’est vrai que cette famille n’a pas rempli correctement les dossiers de régularisation. Des petites erreurs qui aujourd’hui leur coûtent cher. La balle est dans le camp du préfet, il peut encore retirer cette mesure de reconduite à la frontière. M. Yildiz ne représente pas un risque pour l’ordre public” estime Claudia Otto de la Cimade d’Avigon, une association de défense des droits des immigrés. Sur le net, une pétition circule pour demander la libération d’Ozay Yildiz.

À Bollène, le climat s’est tendu au sein de la communauté turc ou d’autres familles sont dans le même cas de figure, en attente de papiers. La famille Yildiz s’est réfugiée chez des proches, de peur qu’on vienne les chercher à leur domicile.

Share
Ramazan 13 décembre, 2010 En bref, France No Comments >> Mots clés: ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum