Accueil » République turque de Chypre du nord » Recent Articles:

Proposition turque pour le réglement de la question chypriote

La République turque de Chypre du nord

La Turquie est déterminée à trouver une solution à la question chypriote.

La position turque en la matière a été définie par le ministre de l’Europe et négociateur en chef, Egemen Bağış.

M. Bağış a annoncé que la création d’une fédération bizonale et une égalité politique avant 2012 serait la meilleure solution pour tous.

Le ministre a ajouté que les avertissements du Premier ministre Recep Tayip Erdoğan faites lors de sa visite dans la République turque de Chypre du nord constituaient une occasion pour l’Union européenne.

Share

Chypre: première visite dans le nord du chef de l’église orthodoxe

L’archevêque de Chypre Chrysostomos II a traversé lundi la “ligne verte” qui divise l’île pour se rendre dans sa partie sous contrôle turc, la première visite d’un primat de l’église orthodoxe chypriote depuis le conflit de 1974.

L’archevêque, en mission pour la sauvegarde du patrimoine orthodoxe de l’île, avait envoyé une lettre au Premier ministre turc Tayyip Recep Erdogan lui demandant son consentement pour la restauration du monastère d’Apostolos Andreas dans la péninsule du Karpas, dans l’extrême nord-est de l’île, ainsi que de plusieurs autres églises laissées à l’abandon.

L’archevêque souhaite que les travaux de restauration du monastère, un important lieu de pèlerinage pour les Chypriotes-grecs, puissent commencer peu après les vacances de Pâques, selon les journalistes qui l’accompagnaient.

L’écrasante majorité des chrétiens de Chypre sont orthodoxes, mais l’île compte aussi une petite communauté latine, dont la présence remonte à l’époque des Croisades, ainsi que des Arméniens et des maronites.

Chrysostomos II s’est aussi rendu au monastère d’Apostolos Varnavas, également dans le nord-est, où il a été salué par le “ministre” du Tourisme de la République turque de Chypre Nord (RTCN, uniquement reconnue par Ankara), Ersan Caner, avec lequel il a pris un café après l’avoir commandé en turc.

“Je souhaiterais pouvoir revenir au temps où nous étions tous heureux et amis”, a-t-il déclaré au ministre.

L’archevêque doit se rendre en Turquie du 16 au 19 avril, où il rencontrera M. Erdogan et lui remettra une liste des églises détruites et vandalisées depuis 1974.

Selon les estimations, 520 églises, chapelles, monastères et lieux de pèlerinage ont été abandonnés et nombre de ces édifices ont besoin d’être restaurés d’urgence.

Chypre est divisé depuis 1974 où tiers nord est sous la surveillance de la Turquie en réaction à un coup d’Etat de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient rattacher l’île à la Grèce.

Share

Le commissaire à l’Elargissement Štefan Füle en Turquie

Štefan Füle

Lors de sa première visite officielle en Turquie, le commissaire à l’Elargissement Štefan Füle a pressé ses hôtes de normaliser complètement leurs relations avec Chypre, qui est membre de l’UE.

Toutefois, ses interlocuteurs lui ont répondu que l’affaire chypriote ne devrait pas affecter le processus d’adhésion du pays à l’UE.

S’adressant aux journalistes lundi (15 mars) après sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangères turc Ahmet Davutoğlu, M. Füle a réaffirmé le soutien de la Commission européenne à la candidature turque à l’adhésion mais il a pressé le pays de mettre pleinement en œuvre les protocoles additionnels et de normaliser ses relations avec Chypre (voir Contexte).

Un règlement détaillé sur Chypre serait une avancée historique aux bénéfices à la fois de la Turquie et de l’UE, a-t-il dit.

Cependant, M. Davutoğlu a déclaré que les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE ne devraient pas être entravées par des problèmes politiques qui n’ont aucun lien avec le processus européen.

Récemment, le ministre turc en charge des Affaires européennes et négociateur en chef, Egemen Bagiş, a affirmé que puisque le problème chypriote n’était pas un pré requis pour l’adhésion de Chypre elle-même, elle ne devrait pas être une condition pour un autre pays.

Le prédécesseur de M. Füle, Olli Rehn, a déclaré récemment que lors de ses cinq premières années en tant que commissaire à l’Elargissement, toutes ses ambitions avaient été réalisées à l’exception de Chypre, où des négociations de réunification sont toujours en cours.

Vice et vertu

Dans un article publié dans le quotidien turc Hurriyet, M. Füle a écrit qu’il était convaincu que Bruxelles et Ankara pouvaient stopper le cercle vicieux de l’impasse chypriote et débloquer les négociations d’adhésion. Il s’est dit convaincu qu’il serait possible de passer d’un cercle vicieux à un cercle vertueux, pour autant que tous les acteurs impliqués montrent de la bonne volonté politique.

M. Füle estime que la Turquie est un pays clef pour l’Europe en raison de sa situation géographique, de sa taille et de son orientation stratégique. Répétant les réponses qu’il a données lors de son audition de confirmation devant le Parlement européen, lorsque les eurodéputés lui ont demandé s’il pouvait imaginer un pays comme la Turquie rentrer dans l’UE, il a dit que sa réponse était la même : Oui, je le peux.

Le commissaire à l’Elargissement a également encouragé la Turquie à faire davantage de progrès dans ses relations avec l’Arménie. Les deux pays voisins ont conclu en septembre dernier un accord historique pour établir des liens diplomatiques et ouvrir leurs frontières, mais ce processus est bloqué.

Expérience tchèque

Alors qu’on lui demandait de commenter les votes successifs du panel du Congrès américain et du Parlement suédois qualifiant les massacres de génocide, M. Füle a dit : venant de l’ancienne Tchécoslovaquie, je sais que politiser l’histoire rend la réconciliation difficile.

L’autre sujet à l’agenda de M. Füle était la libéralisation des visas, Bruxelles et Ankara discutant d’un accord de réadmission pour coopérer en matière d’immigration illégale. Le commissaire a déclaré que les citoyens turcs obtiendraient des visas Schengen plus facilement une fois que les deux parties auront trouvé un accord.

M. Davutoğlu a cependant déclaré que la libéralisation des visas devait être accordée à la Turquie une fois qu’elle aurait rempli les critères.

Le commissaire a ensuite rencontré le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, le négociateur en chef Egemen Bağış et plusieurs députés. Il a aussi rencontré le président de l’Union des chambres de commerce et des bourses Rifat Hisarcıklıoğlu et des représentants de TUSIAD – l’Association des industriels et des entrepreneurs turcs.

La question Chypriote.

La division de Chypre représente l’une des questions les plus difficiles qui affectent les relations UE-Turquie, la future adhésion de la Turquie à l’UE dépendant de la résolution de ce différend.

Malgré des efforts répétés sous l’égide de l’ONU pour amener les dirigeants des communautés grecques et turques de Chypre à s’entendre, l’île est restée divisée depuis 1974.

En 1992, le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan avait présenté un plan de réunification, suggérant une fédération des deux entités avec une présidence tournante, qui a soulevé l’enthousiasme.

En avril 2004, les Chypriote grecs ont rejeté le référendum sur le plan onusien connu sous le nom de Plan Annan, tandis que les Chypriotes turcs l’acceptaient. L’échec du référendum fut une déception pour l’UE, qui avait accepté de laisser Chypre rejoindre l’Union en partie avec l’espoir que cette initiative encouragerait une solution au problème chypriote. En mai 2004, la République de Chypre (partie grecque) est devenue un membre à part entière de l’UE.

Lors du sommet de décembre 2004, les dirigeants de l’UE ont convenu d’ouvrir les négociations d’adhésion à la Turquie à partir d’octobre 2005. L’une des conditions explicites était qu’Ankara étende son accord d’association de 1963 signé avec l’entité précédant l’UE, la Communauté économique européenne, aux dix nouveaux Etats membres de l’UE. Ce groupe incluait l’Etat chypriote grec, qui n’est pas reconnu par la Turquie.

En juillet 2005, la Turquie a signé un protocole étendant son union douanière aux dix nouveaux membres, mais Ankara a dans le même temps fait une déclaration affirmant que sa signature ne signifiait pas une reconnaissance de la République de Chypre. La Turquie a également refusé d’ouvrir ses ports et ses aéroports à Chypre, puisqu’elle prétend que l’UE ne commerce pas directement avec la partie nord non reconnue de l’île (EurActiv 08/01/10).

Jusqu’ici, seulement un chapitre d’adhésion (science et recherche) a été provisoirement fermé. Onze autres ont été ouverts, mais huit restent bloqués à cause de la non mise en œuvre par la Turquie du Protocole d’Ankara, qui dispose que l’accès aux ports devrait être garanti aux vaisseaux de la République de Chypre.

Share

Papandréou et Erdogan se rencontreront bientôt sur Chypre

Le Premier ministre grec George Papandréou a déclaré lundi qu’il rencontrerait son homologue turc Recep Tayyip Erdogan dans les prochains mois pour discuter d’une “solution juste” pour Chypre.

“Je vais rencontrer le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan dans les prochains mois. Nous n’avons pas encore fixé de date mais ce sera très bientôt”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à l’issue d’un entretien avec la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton.

Papandréou a estimé que le plus tôt serait le mieux pour régler la question chypriote, source de division entre la Turquie et la Grèce.

En cas d’accord entre les deux communautés de l’île, Ankara devrait envisager un retrait de ses 30.000 soldats turcs déployés dans le Nord, a indiqué début mars Erdogan.

“Nous devons libérer l’île de ce type d’activité et de ce type de situation”, a estimé lundi Papandréou.

Chypre est divisée depuis l’invasion turque de la partie nord durant l’été 1974, qui avait suivi un coup d’Etat à Nicosie inspiré par le régime militaire grec.

Le conflit pèse sur la candidature de la Turquie à l’Union européenne où les Chypriotes grecs possèdent un droit de veto.

Des pourparlers ont été engagés en septembre 2008 pour tenter de mettre fin à cette partition mais les progrès se font attendre.

Share

Rejet d’une requête liée à 1.475 plaintes chypriotes grecques

La Cour européenne des droits de l’homme a déclaré vendredi irrecevable la plainte d’une famille chypriote-grecque privée de ses biens dans le Nord de Chypre après 1974, une décision qui va s’appliquer à 1.475 affaires analogues.

Takis et Eleni Demopoulos reprochaient à Ankara de ne pouvoir accéder à leurs biens dans la partie nord de l’île occupé par l’armée turque, après une tentative de coup d’Etat pour le rattachement à la Grèce.

Ils invoquaient notamment des violations du droit à la propriété, du droit au respect de la vie familiale et de l’interdiction de la discrimination.

Dans leur décision, les juges européens rejettent la plainte en estimant que tous les recours internes n’ont pas été épuisés.

>> Lire la suite

Share

Recep Tayyip Erdogan évoque un retrait à terme de Chypre

Recep Tayyip Erdoğan, premier ministre turc

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan évoque, dans une interview publiée mardi par trois journaux grecs chypriotes, un possible retrait à terme de l’armée turque de Chypre en cas d’accord entre les deux communautés de l’île.

“Notre objectif est de parvenir à un règlement global et durable du problème de Chypre. Nous sommes prêts à assumer notre part pour atteindre ce but et personne ne peut douter de la sincérité de la Turquie”, déclare Erdogan.

“A terme, les troupes pourraient être retirées”.

Chypre est divisée depuis l’invasion turque de l’été 1974, qui avait suivi un coup d’État à Nicosie inspiré par le régime militaire grec.

Une “République turque de Chypre du Nord”, uniquement reconnue par Ankara, a été proclamée fin 1983 dans le nord de l’île où stationnent environ 30.000 soldats turcs.

Share

Nouveau centre de contrôle aérien en République de Chypre Turque

La République turque de Chypre du nord

La République turque de Chypre du nord

Le ministre turc des transports Binali Yıldırım a participé à l’inauguration du premier centre de contrôle aérien en République de Chypre turque dans l’aéroport Ercan à Lefkoşa.

Binali Yıldırım a indiqué que l’espace aérien de la République de Chypre turque sera désormais plus sécurisé avec le travail des Chypriotes turques qui sont formées en Turquie.

Ce centre pourra également contrôler un espace aérien allant du Moyen-Orient au Caucase.

Share

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum