Accueil » Michel Rocard » Recent Articles:

Michel Rocard : Oui à l’entrée de la Turquie dans l’Europe !

Oui à la Turquie, par Michel Rocard

M. Michel Rocard, ancien Premier ministre, auteur de Oui à la Turquie (Hachette littératures).

Oui à la Turquie. C’est à la fois tout un programme et le titre-manifeste de l’ouvrage que Michel Rocard, ancien Premier ministre, vient de publier chez Hachette littératures.

Avec la rigueur intellectuelle qu’on lui connaît, Michel Rocard analyse les tenants et les aboutissants d’une adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

>> Lire la suite

Share
Ramazan 16 janvier 2010 Culture No Comments >> Mots clés: , ,

UE : la Turquie trouve un soutient en France

la France pour ou contre l'entrée de la Turquie dans l'UE ?

la France pour ou contre l'entrée de la Turquie dans l'UE ?

Michel Rocard et Pierre Moscovici, membres du PS, ont déclaré qu’il ne fallait pas mettre d’obstacle aux négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE.

Dans un article signé en commun dans le journal Libération, l’ancien premier ministre Michel Rocard et le président de la fondation Terra Nova Olivier Ferrand accusent les élites françaises d’influencer négativement les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE.

En faisant allusion à une enquête l’article rappelle qu’en « 2004, 56% des sondés étaient contre l’entrée de la Turquie dans l’UE, mais si la Turquie s’engageait à respecter les critères d’adhésion cette fois 63% se disaient favorables à l’adhésion. Ceci montre qu’en réalité les français ne sont pas contre l’entrée de la Turquie dans l’UE ».
D’après l’article le problème vient des élites « de droite ou de gauche, les biens pensant et politiques à la tête de l’état, qui en agitant les épouvantails islamistes, l’immigration ou le chômage essayent de créer des peurs dans l’esprit des français ».
Par ailleurs Michel Rocard souligne que dans cette mondialisation l’UE à besoin de la Turquie

Dans un autre article toujours publié dans Libé, Pierre Moscovici souligne que l’UE est en train de perdre la Turquie et que les pays de l’union se devaient d’agir pour corriger la situation.
Face au risque de ne pas être admis dans l’UE, la Turquie a engagé des démarches diplomatiques dans la région, comme avec la Russie, et alors que les relations turco israéliennes se dégradent, c’est de l’Iran que la Turquie se rapproche.
Pierre Moscovici ajoute que tout ceci est un plan B du gouvernement turc pour devenir une puissance dans le Caucase : « je pense qu’il est nécessaire de continuer les négociations à l’adhésion (faisant référence au partenariat privilégié de N. Sarkozy). L’UE doit respecter ses engagements et être de bonne foi vis-à-vis de la Turquie ».

Share

Login