Accueil » Mer Égée » Recent Articles:

Les pilotes israéliens sont formés cette année en Grèce

Après que la Turquie ait refusé de réaliser un exercice militaire avec Israël, ce dernier a entamé un autre exercice avec la Grèce.

La réaction de la Turquie à la politique israélienne à Gaza et la crise diplomatique créée exprès par le ministère israélien des Affaires étrangères avaient causé la tension entre les deux pays.

Protestant l’embargo appliqué par Israël surtout contre Gaza, la Turquie n’a pas autorisé cette année la formation des pilotes israéliens en Turquie.

Sur ce, Israël n’ayant pas un espace aérien idéal pour la formations des pilotes de chausseurs a fait son choix sur la Grèce.

Les forces aériennes grecques ont annoncé que l’exercice éducatif  » Minoas 2010  » se poursuivrait jusqu’au 3 juin.

La presse grecque a également écrit que l’exercice en question était pratiqué en mer Egée et sur les territoires grecs.

Attention aux touristes en Grèce, on ne sait jamais qu’un avion se croirait au dessus de Palestiniens…

Mert 27 mai 2010 Moyen-Orient No Comments >> Mots clés: , , ,

La Grèce refuse de désarmer ses avions et maintient la tension en mer Égée

Le ministre grec adjoint aux Affaires étrangères, Dimitris Droutsas, a rejeté samedi une proposition du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, de désarmer les avions de chasse opérant en mer Egée.

« Les avions grecs sont armés parce qu’ils sont appelés à affronter une menace inconnue, car la partie turque ne dépose pas de plans de vol pour pénétrer dans la zone d’information de vol (FIR) d’Athènes« , a déclaré M. Droutsas dans une interview publiée samedi dans le journal grec Imerissia.

La Grèce et la Turquie ont plusieurs différends concernant leur souveraineté en mer Egée, notamment sur la délimitation des eaux territoriales et de l’espace aérien, ce qui provoque de fréquentes manoeuvres d’intimidation des avions de chasses grecque et turque.

Athènes aimerai créer un climat de confiance avec Ankara

Il faut créer « un climat de confiance » pour avancer « graduellement » vers la réduction des armements grecs et turcs, a affirmé mardi le ministre-adjoint grec de la Défense, Panos Béglitis, à deux jours d’une visite très attendue du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

« Nous voulons nous aussi la baisse des armements mais la réduction ne peut rester sur un niveau de communication propagandiste », a ajouté M. Béglitis dans une interview à la radio grecque Canal 1.

« La baisse des armements est l’achèvement d’une longue et difficile voie, le partage de la paix est l’achèvement d’une procédure acharnée, ce n’est pas le début », a renchéri le ministre grec.

>> Lire la suite

Login

Error:(#15) Requires session when calling from a desktop app