Accueil » Intégration » Recent Articles:

Roms de Turquie “Un projet unique en Europe”

Alors qu’en France les expulsions des Roms ont commencé, les Roms de Turquie connaissent depuis un an une importante politique de réhabilitation, à travers l’accès au logement, au travail et à l’éducation.

Le projet d’”Ouverture rom” a également interdit les expulsions des Roms de Turquie et prévoit la constitution d’un centre de recherche universitaire dédié aux Roms.

Depuis jeudi les Roms, dont 40 camps ont été démantelés après le «discours de Grenoble» de Nicolas Sarkozy, ont commencé à être reconduits en Roumanie sur la base du volontariat.

En Turquie, c’est à la Mecque que les Roms ont eu l’occasion de se rendre la semaine dernière, mais dans le cadre du projet d’«Ouverture rom» que le gouvernement a mis en place depuis un an.

>> Lire la suite

La chancelière allemande ne dit pas non à l’ouverture de lycées turcs en Allemagne

Il faudra davantage que la figurine d’une colombe blanche, offerte par Angela Merkel à son hôte, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, pour écarter les contentieux qui s’accumulent entre leur pays.

Ce symbole de paix aura peut-être contribué à la trêve verbale observée, après l’escalade à laquelle les deux leaders se sont livrés par médias interposés la semaine dernière, mais la visite en Turquie de la chancelière allemande, arrivée lundi, n’a pas rapproché les vues turque et allemande sur la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Prudemment, Angela Merkel, qui effectuait son deuxième déplacement à Ankara depuis 2006, et Recep Tayyip Erdogan ne se sont pas attardés sur ce sujet sensible lors de la conférence de presse commune.

Et la chancelière allemande n’est pas revenue publiquement sur sa préférence pour un «partenariat privilégié» entre la Turquie et l’Union européenne à la place d’une adhésion pleine.

Son opposition réitérée, avant sa visite, à l’entrée de la Turquie dans l’UE avait profondément irrité le gouvernement turc.

«Le partenariat privilégié, (…), cela n’existe pas, cela n’a pas de fondement légal» , avait notamment répliqué samedi Egemen Bagis, le ministre chargé des Affaires européennes.

>> Lire la suite

Login

Error:(#15) Requires session when calling from a desktop app