Accueil » Génocide en Algérie de la France » Recent Articles:

Sarkozy n’a pas de leçon à donner à la Turquie

Mise à jour du 23 décembre: le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a accusé aujourd’hui la France d’avoir commis un «génocide» en Algérie, en réaction au vote la veille des députés français d’une proposition de loi réprimant la négation des génocides, dont celui du génocide arménien de 1915, qu’Ankara réfute. «On estime que 15% de la population algérienne a été massacrée par les Français à partir de 1945. Il s’agit d’un génocide», a déclaré M. Erdogan lors d’une conférence. Hier, la Turquie a rappelé son ambassadeur en poste à Paris.

Et le passé colonial de la France alors? C’est la question que des millions d’Africains, et notamment d’Algériens, vont très certainement poser en apprenant que le président français Nicolas Sarkozy vient de demander à la Turquie, d’aucuns diront qu’il vient de la sommer, de reconnaître le génocide arménien de 1915-1916.

«La Turquie, qui est un grand pays, s’honorerait à revisiter son histoire comme d’autres grands pays dans le monde l’ont fait, l’Allemagne, la France. On est toujours plus fort quand on regarde son histoire et le négationnisme n’est pas acceptable», a ainsi déclaré le locataire du Palais de l’Elysée après avoir rendu hommage, avec son homologue arménien Serge Sarkissian, aux victimes du massacre perpétré par les troupes ottomanes.

Les Algériens grinçent des dents

>> Lire la suite

Share

Pourquoi la France ne veut pas admettre le génocide algérien

Accusée par la Turquie de “génocide”, la France doit afficher “une position claire” estime Alger.

La Turquie a jeté un pavé dans la mare franco-algérienne. Alors que l’Algérie s’apprête à célébrer les cinquante ans de l’indépendance, les déclarations du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdgogan accusant la France d’avoir perpétré un génocide en Algérie, relancent le débat sur “la question de la mémoire”, a affirmé samedi le porte‑parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, selon le site Tout sur l’Algérie.

“Le ministre Mourad Medelci a réaffirmé, à partir de Moscou que l’Algérie est toujours dans l’attente d’une position française qui ne soit pas timide ou timorée sur la question de la mémoire. Nous avons, certainement, besoin d’une position plus claire et plus explicite à ce sujet pour assainir, de manière définitive, l’atmosphère des relations globales que nous entretenons avec notre partenaire français”, a rappelé Amar Belani.

Paris refuse de parler de repentance

>> Lire la suite

Share

Pour le FLN, le premier ministre Erdoğan n’a fait qu’exprimer une «exigence historique» des Algériens

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdgogan qui a accusé vendredi la France d’avoir perpétré un génocide en Algérie n’a fait qu’exprimer «une exigence historique» de l’Algérie, a estimé le porte-parole du Front de libération nationale (FLN, au pouvoir) Kassa Aïssa.

«M. Erdogan n’a fait qu’exprimer à sa manière une exigence historique des Algériens en réponse à l’adoption par l’assemblée nationale française d’un texte de loi réprimant la négation du génocide arménien», a déclaré M. Aissi à l’AFP.

M. Erdogan a accusé vendredi le président français Nicolas Sarkozy de jouer sur «la haine du musulman et du Turc» et la France d’avoir commis un génocide en Algérie en réaction au vote en France d’un texte de loi réprimant la négation du génocide arménien.

>> Lire la suite

Share

Login