Accueil » Conflits de 1915 » Recent Articles:

Les Arméniens accusent sans échanges de preuves sur les événements de 1915

Je vous présente un article intéressant de la part de nos collègues du site turquie-news.fr.

À la suite de ce débat, on se demande comment en tant que citoyen arménien on peut encore réclamé la reconnaissance d’un génocide, si on ne veut pas de commissions d’historiens pour éclairé ces événements de 1915, ou encore ouvrir les archives du monde entier ou ses propres archives.

Comment demander aux peuples turcs d’accepter d’être coupable d’un fait qu’est “un génocide” sans même le leur démontrer .

Ces Arméniens la se battent pour une cause perdu maintenant, mais aussi pour toujours, car aucune personne au monde qu’il soit turque, arménienne ou de n’importe quel pays du monde n’acceptera d’être coupable sans un jugement neutre et équitable.

Définition d’un génocide:

Un génocide est l’extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe ou d’une partie d’un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales.

Les turcs, ne nient pas des morts arméniennes, mais bien le mot génocide, les arméniens ont un pays, leur culture, leur langue, sont nos voisins. Il ne faut surtout pas oublier que l’Arménie était en guerre contre les ottomans à l’époque des faits. Et les faits se sont passés sur le sol Ottoman.

Par exemple quand on parle de génocide juif, on sait que les juifs n’étaient pas en guerre contre l’Allemagne, là il y a bien eu volonté d’exterminé une population à cause de sa religion peut importe où ils se trouvent dans le monde d’ailleurs, toutes les archives le démontrent et là-dessus les preuves ne manquent pas.

Et même si certains politiciens (je dis bien politiciens et non-historiens) dans le monde ont réussi à faire passer une loi politique avec l’appui de la diaspora arménienne, quels ont été les conséquences économiques pour les Turcs ? Rien… qu’est-ce qui a changé ? Rien…

Les hommes changent, les politiques changent, les lois changent, mais pas les archives, pas l’histoire. Les archives elles ne seront jamais changées, ni effacées.

Les Turcs sont prêts à mettre un terme à ses accusations, elle est prête à être jugés par les historiens du monde, pourquoi l’Arménie ne le veut pas? Pourquoi le peuple arménien qui vit en Arménie, suit-elle une diaspora qui a pour unique but de les enfermer encore plus dans leur enclave. Il est temps que les Arméniens fassent la paix avec leurs voisins.

Je rêve d’une région du Caucase ou toutes les frontières seront ouvertes, ou aucun visa ne sera demandé pour franchir les frontières, et où on se verra comme des amis, voisins, cousins… ce que nous sommes déjà en réalités, mais nous préférons restés sous le jeu de personnes qui ne vivent même pas dans la région.

Qu’en pensez-vous ?

Share

Davutoğlu a évalué le discours du président américain Obama sur le conflit de 1915

Le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, a exprimé sa réaction face au discours du 24 avril du président américain Barack Obama…

M. Davutoğlu a qualifié d’incorrecte et d’inacceptable l’expression « grande catastrophe » figurant dans la déclaration d’Obama.

Lors de la déclaration prononcée à Istanbul, Ahmet Davutoğlu, a noté qu’ils trouvaient inexactes les déclarations d’Obama parce que la Turquie s’oppose à une évaluation politique de l’histoire.

« Il est totalement inacceptable que l’exécutif ou le parlement fasse des jugements historiques avec ce genre de déclarations. Par ailleurs, les efforts pour une lecture unilatérale de l’histoire génère également une autre injustice » a affirmé M. Davutoğlu.

Soulignant qu’au moment de la signature des protocoles visant la normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie, il avait appelé pour une « mémoire équitable », M. Davutoğlu a également indiqué que « s’il est question de faire part des douleurs vécues, il faut le faire pour la douleur de tous ».

Source : TRT

Share

L’ambassadeur de Turquie aux Etats-Unis rentre à Washington

Namik Tan, Ambassadeur turc aux Etats Unis

L’ambassadeur de Turquie aux Etats-Unis, rappelé à Ankara après le vote au Congrès américain d’une résolution qualifiant de “génocide” le conflit contre les Arméniens en 1915-17, retournera “la semaine prochaine” à son poste, a indiqué vendredi le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

“Je vais le renvoyer la semaine prochaine” à Washington, a souligné M. Erdogan devant la presse.

M. Erdogan a en outre souligné qu’il participera au sommet international sur la sécurité nucléaire organisé les 12 et 13 avril dans la capitale américaine.

Le retour du diplomate turc, Namik Tan, précédera ce déplacement, a précisé M. Erdogan qui a évoqué des “développements positifs” dans les relations bilatérales mises à mal par la résolution des parlementaires américains.

>> Lire la suite

Share

L’ambassadrice turque rentrera à Stockholm

Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu (D) et le commissaire européen à l'élargissement Stefan Fule, le 15 mars 2010 à Ankara

L’ambassadrice de Turquie en Suède, rappelée à Ankara après le vote au Parlement suédois d’une motion qualifiant de “génocide” les conflits entre Turcs et Arméniens de 1915, retournera prochainement à son poste, a indiqué mercredi le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu.

Mme Zergün Korutürk “reprendra son travail cette semaine ou au plus tard au début de la semaine prochaine”, a précisé le ministre sur la chaîne privée turque CNN-Türk.

Le Parlement suédois avait adopté le 11 mars une motion affirmant que “la Suède reconnaît un génocide en 1915 contre les Arméniens, les Assyriens, Syriaques et Chaldéens et les Grecs pontiques”, en l’occurrence toutes les minorités chrétiennes vivant sur le territoire ottoman de l’époque.

>> Lire la suite

Share

Davutoğlu a rencontré son homologue philippin et a annoncé la bonne nouvelle

Le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu a accueilli hier un invité d’Extrême-Orient. Davutoğlu a reçu son homologue philippin Alberto Romulo.

Le chef de la diplomatie turque a annoncé que des vols directs commenceraient entre les Philippines et la Turquie. Quant à son homologue philippin, il a relevé que les relations économiques et culturelles entre les deux pays se développeraient davantage.

Concernant les déclarations du président arménien Sarkissian notant qu’ils pourraient se retirer du Karabakh lorsque sera formé le mécanisme de sécurité, Davutoğlu a précisé que la Turquie soutiendra chaque pas jeté pour une paix permanente et a estimé que les travaux menés dans ce sens devaient être promus.

Le ministre des Affaires étrangères Davutoğlu a noté que les pas jetés par le gouvernement suédois pour compenser la décision du parlement suédois en rapport aux évènements de 1915 étaient significatifs et a annoncé l’ambassadeur turc de Stockholm Zergun Korutürk retournerait bientôt à Stockholm.

Pour ce qui est du navire turc à battant pavillon maltais, Davutoğlu a dit espérer que le problème soit résolu dans les plus brefs délais.

Share

Davutoğlu a expliqué la justesse de la Turquie sur les allégations arméniennes

Le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu a rencontré les académiciens au second jour de ses contacts en Irlande.

M. Davutoğlu a souligné que l’Europe avait besoin de la Turquie dans le monde globale en estimant : ” Dans la politique étrangère, l’Europe a davantage besoin de nous “.

Le Chef de la Diplomatie turque a rappelé le principe de ” pacta Sund Servanda ” et a ajouté : ” Notre adhésion à part entière ne doit pas être interrogée, vu qu’il s’agit de la promesse faite par l’Europe à la Turquie “.

M. Davutoğlu a rappelé sur une question que l’Empire Ottoman avait vécue une multitude de tragédie vers son déclin.

Le ministre turc des Affaires étrangères a aussi remémoré la proposition faite par la Turquie à l’Arménie de constituer une Commission d’histoire et qu’elle avait aussi ouverte ses archives.

Il a affirmé : ” Nous sommes en quête d’un mémoire équitable. Nous sommes disposés à partager ces douleurs ensemble. Cependant, nous n’accepterons pas d’être étiquetés sous une imputation injuste “.

M. Davutoğlu a aussi fait référence à la résolution adoptée par la Commission des Affaires étrangères à la Chambre des représentants américaine, en martelant que les décisions semblables adoptées sauf pour soutenir le lobby arménien par des individus n’ayant aucune connaissance sur l’histoire était contraire à l’éthique ».

Le massacre des Turcs par les Arméniens – Les historiens azerbaïdjanais éclairent l’histoire

Les historiens azerbaïdjanais ont répondu aux assertions arméniennes sans fondement:
“Le véritable massacre a été commis par les Arméniens, non seulement en Anatolie, mais aussi au Caucase et partout où vivent les Turcs”.

Jusqu’aux années 1820, le nombre d’Arméniens vivant au Caucase du Sud était environ de 300.000.

La Russie tsariste a commencé à installer les Arméniens sur les terres turques à partir de cette date.

La population arménienne au Caucase du Sud a dépassé un million en 10 ans.

Les organisations terroristes et les gangs arméniens ont fait leur premier massacre à Bakou entre 1905 et 1907. Des milliers de Turcs ont été tués cruellement.

Des dizaines de milliers de Turcs ont également été massacrés jusqu’à la première guerre mondiale en Anatolie, et sur les terres appartenant actuellement à l’Iran, l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Géorgie.

Le plus grand massacre en Azerbaïdjan a été perpétré le 31 mars 1918. D’après les sources étrangères, le nombre de Turcs massacrés serait de 30.000.

“Où que vous creusez en Azerbaïdjan, vous trouverez des fosses communes” a indiqué le professeur d’histoire Musa Kasımlı. Une des ses fosses se trouve à Kuba.

Musa Kasımlı a souligné qu’avec la résolution adoptée par la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants américaine, les faits avaient été politisés, tandis que les réalités restent cachées dans les archives.

Share

Suède : adoption de la résolution sur les incidents de 1915

Le parlement suédois s’est prononcé en faveur du projet de loi sur les assertions arméniennes.

Une résolution sur les assertions arméniennes concernant les incidents de 1915, a été adoptée au parlement suédois avec un vote de plus.

Avant le vote, les partis de droite, partenaires de la coalition, avaient signé un protocole entre eux pour se prononcer à l’encontre de la résolution et le ministre des Affaires étrangères Carl Bildt avait affirmé être contre cette initiative.

Le projet de loi sur les assertions arméniennes, qui avait été préparé en l’an 2000, n’avait pas été adopté à la commission des Affaires étrangères du parlement suédois.

Toutefois, malgré le rejet de la commission, les assertions arméniennes ont été portées cette fois à l’assemblée générale du parlement, sous l’initiative de l’opposition.

Ainsi, les assertions concernant les incidents vécus en 1915, ont été adoptées au parlement suédois avec 131 voix contre 130.

>> Lire la suite

Share
Ramazan 11 mars 2010 Politique étrangère No Comments >> Mots clés: , ,

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum