Accueil » conflit chypriote » Recent Articles:

Madrid soutient l’adhésion de la Turquie

Miguel Angel Moratinos, le chef de la diplomatie espagnole

Le chef de la diplomatie espagnole Miguel Angel Moratinos a défendu samedi « une adhésion pleine » de la Turquie à l’Union européenne, dans une interview au quotidien allemand Die Welt à paraître dimanche.

Alors que Berlin préfère l’idée d’un partenariat privilégié. « Nous nous sommes toujours engagés sans réserve pour une adhésion pleine de la Turquie à l’UE. Nous croyons qu’il en résulterait pour l’Europe plus d’avantages que d’inconvénients« , a-t-il déclaré.

L’Espagne, qui préside au premier semestre l’UE, espère donner un coup d’accélérateur aux négociations d’adhésion, en ouvrant jusqu’à quatre nouveaux chapitres thématiques de négociations.

Depuis l’ouverture des pourparlers fin 2005, douze chapitres sur 35 ont déjà été ouverts, mais l’UE en bloque huit depuis 2006 en raison du refus des Chypriotes grecs.

Nouvelles propositions pour Chypre

Davutoglu (à gauche) rend visite à Talat

Davutoglu (à gauche) rend visite à Talat

La Turquie s’apprête  à faire de nouvelles propositions sur la résolution du problème Chypriote. Il est question d’autoriser le commerce et les vols directs vers la partie grec de l’île et notamment d’ouvrir les ports turcs aux chypriotes grecs tel qu’il était prévu dans les accords de 2006 en contrepartie de mettre fin à l’isolement sportif et culturel des chypriotes turcs.

D’après la chaîne NTV, Ankara souhaiterait que les négociations se fassent selon un calendrier et une méthodologie clairs et précis. Dans ce sens il est question par la suite de définir un plan d’attaque diplomatique envers l’ONU, les USA et l’UE.
Au même moment, le président de la République turque de Chypre Nord Mehmet Ali Talat, faisait un point hier au sujet des négociations avec le ministre turc des affaires étrangères Ahmet Davutoglu. Ce dernier rapporta à M. Talat la conclusion de la réunion des ministères turcs de la semaine dernière : « la paix sur l’île coûte que coûte».

Les accusations lourdes de Hristofyas
Talat et Davutoglu sont arrivés à la conclusion qu’il était nécessaire d’établir un plan de route et qu’il fallait mener une politique active sur la question chypriote avant la réunion des chefs d’état de l’UE en décembre et les élections sur l’île. Par ailleurs Talat rencontrera aujourd’hui le président turc Abdullah Gul et le premier ministre Recep Tayyip Erdogan.
Alors que la Turquie s’atèle à une ouverture sur la résolution du conflit, le dirigeant chypriote grec Dimitris Hristofyas accuse la Turquie de ne pas respecter ces engagements par rapport à aux négociations d’adhésion à l’UE, reprochant à ces derniers de faire des concessions et soulignant d’un rapprochement bien malheureux : « cela me rappelle les concessions faites à Hitler afin que celui ne soit plus agressif avant le début du conflit de la seconde guerre mondiale ».

Site par défaut 30 octobre 2009 Politique No Comments >> Mots clés: , , ,

Login

Error:(#15) Requires session when calling from a desktop app