Accueil » Angela Merkel » Recent Articles:

Visite d’Angela Merkel en Turquie : de l’Europe à l’Iran

Pour la première fois depuis 2006 la chancelière allemande a rendu visite, lundi 28 et mardi 29 mars, à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

Après une semaine d’escalade verbale, par journaux interposés, sur les questions d’adhésion de la Turquie à l’UE ou l’intégration des Turcs en Allemagne, les échanges entre les deux dirigeants sont restés centrés sur l’attitude à adopter, à quelques jours du sommet international qui lui est consacré, à l’égard de l’Iran, et les relations économiques essentielles entre les deux pays.

>> Lire la suite

Share

Un Forum d’affaires Turquie-Allemagne a été son dernier arrêt à Istanbul

Le second jour de sa visite en Turquie, la Chancelière allemande Angela Merkel a réalisé des prises de contact à Istanbul.

La Chancelière allemande a consacré ses heures matinales à visiter les lieux historiques et touristiques.

Le premier arrêt de Mme Merkel, a été le Musée de la Sainte-Sophie.

Passant en marchant à la mosquée Sultanahmet, Mme Angela Merkel a assisté avec le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu au panel organisé par le Lycée allemand.

Elle s’est rendue par la suite en compagnie du ministre de la culture et du tourisme Ertuğrul Günay à l’église allemande, puis au consulat général de l’Allemagne à Istanbul.

La Chancelière allemande a participé au concert tenu en l’honneur des capitales européennes de la culture 2010, la ville allemande Essen et turque Istanbul, tous deux sélectionnées cette année.

>> Lire la suite

Share

La chancelière allemande ne dit pas non à l’ouverture de lycées turcs en Allemagne

Il faudra davantage que la figurine d’une colombe blanche, offerte par Angela Merkel à son hôte, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, pour écarter les contentieux qui s’accumulent entre leur pays.

Ce symbole de paix aura peut-être contribué à la trêve verbale observée, après l’escalade à laquelle les deux leaders se sont livrés par médias interposés la semaine dernière, mais la visite en Turquie de la chancelière allemande, arrivée lundi, n’a pas rapproché les vues turque et allemande sur la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Prudemment, Angela Merkel, qui effectuait son deuxième déplacement à Ankara depuis 2006, et Recep Tayyip Erdogan ne se sont pas attardés sur ce sujet sensible lors de la conférence de presse commune.

Et la chancelière allemande n’est pas revenue publiquement sur sa préférence pour un «partenariat privilégié» entre la Turquie et l’Union européenne à la place d’une adhésion pleine.

Son opposition réitérée, avant sa visite, à l’entrée de la Turquie dans l’UE avait profondément irrité le gouvernement turc.

«Le partenariat privilégié, (…), cela n’existe pas, cela n’a pas de fondement légal» , avait notamment répliqué samedi Egemen Bagis, le ministre chargé des Affaires européennes.

>> Lire la suite

Share

L’Europe a besoin de la Turquie

Le ministre turc aux Affaires européennes déplore un processus d’adhésion semé d’embûches. Mais Egemen Bagis l’assure : l’Europe a besoin de la Turquie.

Egemen Bagis était vendredi de passage à Bruxelles.

Celui qui est aussi négociateur en chef pour la Turquie a rencontré plusieurs membres de la nouvelle Commission européenne, avec lesquels il a discuté de la possibilité d’ouvrir de nouveaux chapitres de négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union : politiques sociales, sécurité alimentaire, protection des consommateurs.

Cinq ans après le début des négociations d’adhésion, le processus est particulièrement chaotique. Sur les 35 chapitres de négociations, 12 seulement sont ouverts, et un seul a été conclu…

>> Lire la suite

Share

La chancelière allemande a visité les lieux historiques d’Istanbul

La visite en Turquie de la chancelière allemande Angela Merkel continue.

Merkel était à Istanbul au second jour de sa visite.

La chancelière allemande a visité les lieux touristiques et historiques d’Istanbul dans la matinée.

La première destination de Merkel a été le musée Sainte-Sophie.

Angela Merkel qui est passée ensuite en marchant, à la mosquée Sultan Ahmet (mosquée Bleue), puis, participé à un panel avec le ministre des Affaires étrangères M. Ahmet Davutoğlu, organisé au Lycée allemand.

Share

Angela Merkel opposée aux lycées turcs

La chancelière allemande Angela Merkel s’est déclarée opposée au souhait du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan de créer des lycées turcs en Allemagne, aujourd’hui dans la presse allemande.

“Je ne pense rien de bon de l’idée que tous les élèves turcs d’Allemagne doivent aller dans un lycée turc”, a déclaré la responsable conservatrice au quotidien régional Passauer Neue Presse.

En termes d’intégration, “cela ne fait pas avancer les choses, car en principe les enfants et adolescents d’origine turque devraient aller chez nous dans des écoles allemandes”, a ajouté la chancelière qui effectuera lundi et mardi une visite officielle en Turquie.

Mme Merkel a réitéré son opposition à une adhésion pleine et entière de la Turquie à l’Union européenne, lui préférant un partenariat privilégié. “Mon avis reste inchangé en faveur d’un partenariat privilégié avec la Turquie”, a-t-elle répété.

Candidate à l’UE depuis 2004, la Turquie refuse cette idée de partenariat privilégié que soutiennent également le président français Nicolas Sarkozy et l’Autriche.

Share

L’Allemagne veut sortir à terme la Grèce de la zone euro

La police a chargé de jeunes manifestants contre les résolutions anti-crise de leur gouvernement à proximité du parlement grec à Athènes.

La chancelière Angela Merkel a répété mercredi son opposition à un soutien de la Grèce.

Son ministre des Finances Wolfgang Schäuble l’avait déjà dit, la chancelière l’a répété avec force devant les députés allemands: la zone euro devrait pouvoir exclure un de ses membres, “quand il ne remplit pas les conditions” d’appartenance à la monnaie unique, et ce “encore et encore”.

La chancelière conservatrice a repris à son compte les propositions de M. Schäuble sur la création d’un Fonds monétaire européen (FME), qui, sur le modèle du Fonds monétaire international (FMI), viendrait en aide aux pays en difficulté.

Depuis que Berlin a mis sur la table cette idée, loin de faire l’unanimité en Europe, le discours allemand insiste de plus en plus sur les sanctions qui seraient attachées à ce mécanisme, à savoir en dernier recours cette fameuse exclusion de la zone euro, et de moins en moins sur l’aide qu’il apporterait.

>> Lire la suite

Share

Sarkorzy et Merkel s’accordent sur le choix du futur président de l’UE

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, connus pour leur oppsition à l'adhésion de la Turquie

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, connus pour leur oppsition à l'adhésion de la Turquie

Le président français et la chancelière allemande ont fait savoir qu’ils souhaitaient voir le premier ministre belge Van Rompuy, connu pour son opposition farouche à l’adhésion de la Turquie, à la tête de la présidence de l’UE.
L’ambassadeur allemand en Belgique a déclaré au journal belge De Morgen que « la chancelière Merkel et son gouvernement soutiennent la candidature de Van Rompuy ».

« La Turquie n’est pas en Europe et ne le sera jamais »
Le journal anglais The Guardian, rapportant la même information, rappelle les propos qu’aurait tenu Van Rompuy : « la Turquie ne fera jamais partie de l’Europe. La chrétienté est la valeur universelle et fondamentale des pays de l’UE. L’adhésion d’un grand pays musulman comme la Turquie représentera une perte ».
The Guardian rappelle par ailleurs que l’Europe est divisée sur la question de la Turquie : « la France, l’Allemagne et l’Autriche représentent le front des opposants alors que la Suède et les pays de l’est soutiennent activement l’adhésion ».
Le journal anglais signale que le parti d’extrême droite belge, le Vlaams Belang, soutient la candidature de Van Rompuy mais que l’alliance franco-allemande a créé l’indignation dans certaines capitales européennes : « les britanniques et les polonais soutiennent la candidature de Tony Blair. D’après un haut fonctionnaire européen l’élection d’un candidat soutenu conjointement par l’Allemagne et la France serait vue d’un mauvais œil par l’Angleterre et les pays de l’Est ».

Share

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum