Accueil » Moyen-Orient »Politique étrangère » Lecture courante:

Syrie et Turquie plaident pour la levée du blocus à Gaza

Le président syrien Bachar al-Assad et le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, ont appelé à “l’intensification des efforts” pour mettre un terme au blocus israélien sur Gaza, lors d’un entretien lundi à Damas.

Les deux dirigeants ont estimé “nécessaire d’intensifier les efforts pour briser le blocus imposé à la bande de Gaza” depuis la prise de contrôle du territoire par le mouvement islamiste palestinien Hamas en juin 2007, a rapporté l’agence officielle Sana.

Israël a accepté d’assouplir son blocus terrestre de la bande de Gaza à la suite d’intenses pressions internationales après la mort de neuf Turcs dans l’assaut de sa marine le 31 mai contre une flottille humanitaire qui tentait d’atteindre l’enclave palestinienne.

Ahmed Davutoglu avait exhorté début juillet Israël à s’excuser ou à accepter les conclusions d’une commission d’enquête internationale, sous peine de rompre les relations entre les deux pays.

Durant leurs entretiens, MM. Assad et Davutoglu ont jugé lundi “important qu’une enquête internationale indépendante soit menée sur le crime commis par Israël”.

L’armée israélienne a rendu publics la semaine dernière les résultats d’une enquête interne sur l’assaut du 31 mai. Elle a reconnu des “erreurs” lors de la planification et l’exécution du raid, mais elle a justifié le recours à la force.

Le président Assad et le ministre turc ont en outre évoqué le processus de paix au Proche-Orient, gelé “en raison des pratiques agressives du gouvernement israélien extrémiste” de Benjamin Netanyahu, a ajouté Sana.

Un important ballet diplomatique a eu lieu ce week-end pour amener les Palestiniens à reprendre les négociations directes avec Israël, interrompues depuis l’offensive d’Israël à Gaza fin 2008.

Concernant la crise politique irakienne, le président syrien et le chef de la diplomatie turque sont par ailleurs convenus de la nécessité d’”accélérer la formation d’un gouvernement en Irak qui réunifierait les Irakiens et ramènerait la sécurité et la stabilité” dans le pays.
L’Irak est sans gouvernement depuis les législatives du 7 mars qui n’ont donné à aucun parti la capacité de former seul le cabinet.

Share

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum