Accueil » Politique étrangère » Lecture courante:

Réunion à Istanbul entre l’Iran, le Brésil et la Turquie sur le nucléaire

Les ministres des Affaires étrangères iranien, brésilien et turc se rencontrent ce dimanche 25 juillet à Istanbul pour évoquer un accord d’échange d’uranium, signé en mai par ces trois Etats a annoncé samedi le ministère iranien des Affaires étrangères.

A Ankara, une diplomate turque a confirmé que le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, reçoit à déjeuner ses homologues iranien, Manouchehr Mottaki, et brésilien, Celso Amorim, précisant que “la réunion portera sur les questions nucléaires.

Elle a pour but de montrer que les initiatives diplomatiques se poursuivent”, pour trouver une solution à la crise concernant le programme nucleaire iranien.

La rencontre tripartite sera la première depuis que le Conseil de sécurité de l’ONU a voté le 9 juin un quatrième train de sanctions financières et militaires contre l’Iran pour son refus de suspendre ses activités nucléaires sensibles, principalement l’enrichissement d’uranium.

Ces sanctions ont été suivies par d’autres, imposées unilatéralement par les Etats-Unis et l’Union européenne, qui soupçonnent Téhéran de vouloir se doter de l’arme atomique.

Contre-proposition

L’Iran a proposé le 17 mai aux grandes puissances, dans le cadre d’un accord avec le Brésil et la Turquie, d’échanger en territoire turc 1.200 kg de son uranium faiblement enrichi (3,5%) contre 120 kg de combustible enrichi à 20% destiné au réacteur de recherche médicale de Téhéran.

L’initiative avait été ignorée par les grandes puissances. En effet, le groupe de Vienne (Etats-Unis, Russie, France) sous l’égide de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) avait déjà proposé un tel échange en octobre dernier.

Mais l’Iran avait posé des conditions inacceptables pour les grandes puissances. Ainsi, la Déclaration de Téhéran constitue une contre-proposition.

Réponse au groupe de Vienne

Le chef du nucléaire iranien Ali Akbar Salehi a déclaré samedi que Téhéran avait préparé une réponse aux questions du groupe de Vienne concernant plusieurs points de la Déclaration de Téhéran. “Une réponse a été préparée et sera adressée au groupe de Vienne dans les deux ou trois prochains jours”, a-t-il ainsi annoncé.

D’après lui, la réponse iranienne sera “une réponse générale, mais la réponse technique à leurs interrogations sera probablement discutée lors d’une réunion avec le groupe de Vienne”. Il n’a cependant pas précisé quand se tiendrait une telle rencontre entre l’Iran et le groupe de Vienne.

Les autorités iraniennes ont gelé le 28 juin pour deux mois des discussions avec les six grandes puissances impliquées dans le dossier nucléaire iranien (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne, dits les “5+1″).

La semaine dernière, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, qui représente ces six grandes puissances, avait jugé que les conditions étaient réunies pour une reprise du dialogue avec Téhéran. Dans la foulée, le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki avait déclaré que les négociations pourraient reprendre en septembre. Il s’agirait du premier face-à-face entre le représentant des 5+1 et les autorités iraniennes depuis une rencontre le 1er octobre 2009 à Genève.

Share
Ramazan 25 juillet, 2010 Politique étrangère No Comments >> Mots clés: , , , , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum