Accueil » Turquie » Lecture courante:

Remise du titre de propriété d’un orphelinat à Büyükada à la communauté grecque-orthodoxe

La communauté grecque-orthodoxe de Turquie a célébré mardi 30 novembre la restitution, la veille par l’Etat turc et sur l’injonction de la Cour européenne des droits de l’Homme, d’un orphelinat centenaire saisi 13 ans plus tôt, un geste jugé historique par les juristes chargés du dossier.

À l’occasion de la Saint-André, patron du Patriarcat oecuménique, plusieurs centaines de fidèles se sont rassemblés dans la cathédrale Saint-Georges d’Istanbul, siège du patriarche de Constantinople, pour fêter le retour de l’orphelinat de Büyükada dans le giron de l’Eglise.

La veille, les avocats du Patriarcat ont récupéré l’acte de propriété de l’édifice, une des plus grandes structures en bois d’Europe, construit à la fin du XIXe siècle au sommet d’une des Îles des Princes, près de la rive asiatique d’Istanbul, et l’ont offciellement remis au patriarche oecuménique Bartholoméos Ier.

Exproprié en 1997 pour «déshérence»

«Il s’agit d’une première, tant au niveau turc qu’européen, a affirmé à l’AFP Me Yannis Ktistakis. Pour la première fois, la Cour européenne a ordonné le retour d’une propriété spoliée à son propriétaire et non une indemnisation. Et pour la première fois, la justice turque a obtempéré à une telle décision sans objection.»

Initialement conçu pour servir d’hôtel, le bâtiment a été légué en 1902 au Patriarcat qui l’a utilisé pour accueillir les orphelins de sa communauté, alors puissante à Istanbul. L’orphelinat a cependant été fermé en 1963, sur une décision des autorités turques déclarant l’édifice insalubre. En 1997, la justice, estimant que le bâtiment était en déshérence, en a transféré la propriété à la Direction générale des Fondations, selon des documents du patriarcat.

Saisie en 2005, la CEDH a ordonné le 15 juin dernier la restitution dans les six mois de l’orphelinat au Patriarcat. Me Ktistakis a indiqué que la décision pourrait servir de précédent dans trois autres affaires d’expropriations, concernant un monastère, une église et un cimetière grecs sur l’île égéenne turque de Gökçeada (nord-ouest).

Une question récurrente en Turquie

La questions des expropriations est un point de litige récurrent entre l’Etat turc et les minorités grecque et arménienne de Turquie.

Le 15 août 2009, c’est justement sur l’île de Büyükada que le premier ministre Recep Tayyip Erdogan, accompagné de quatre ministres, avait choisi de rencontrer des responsables chrétiens du pays pour « aider à trouver une solution aux difficultés auxquelles les minorités religieuses font face dans le pays».

À cette occasion, les responsables religieux lui avaient remis un rapport signalant 88 cas problématiques dans leurs relations avec l’État turc : Recep Tayyip Erdogan leur a promis des « réformes démocratiques » sur le sujet.

Share
Ramazan 30 novembre, 2010 Turquie No Comments >> Mots clés: , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum