Accueil » Politique étrangère » Lecture courante:

Recep Tayyip Erdoğan dans la presse étrangère

Recep Tayyip Erdoğan, premier ministre turc

Recep Tayyip Erdoğan, premier ministre turc

Le premier ministre turc est cité dans la presse un peu partout dans le monde ces derniers temps.

Ainsi dans Al-Jazira il annonce que “la Turquie mène désormais une politique étrangère en accord avec les demandes de son peuple tout en gardant une posture neutre et équitable face à tous ces pays” (ce qui avant pouvait se faire en accord avec la demande de certains chef d’État).

En ce qui concerne Israël il soulève le point qu’ils ont utilisé des armes de destruction massive face à des Palestiniens sans défense. “Nous ne pouvons cautionner de tels agissements”, sachant que lors de la dernière attaque de l’hiver dernier d’Israël il y à eu plus de 1500 morts et pas moins de 5000 blessés. Il à quand même précisé qu’il n’était pour le moment pas question de couper les relations avec Israël.

Concernant l’Iran, la Turquie ne peut ignorer son grand voisin. “Nous sommes contre la prolifération des armes de destructions massive, mais nous devons être équitable envers tout le monde, si aujourd’hui on met une trop forte pression sur l’Iran ça serai injuste et intolérable”. Surtout quand on sait que dans la région il y à Israël possède l’arme nucléaire et de très nombreuses armes de destructions massives.

La Turquie noue des liens stratégiques avec ses pays voisins comme l’Irak et la Syrie, mais pas seulement, car il est prévu des démarches équivalentes auprès d’autres pays comme la Russie, la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie… tout en précisant que ces partenariats ne sont pas des alternatifs à l’adhésion de la Turquie dans l’UE, car la Turquie à toujours comme ambition d’en être membre au même titre que n’importe quels autres de ses membres.

Erdoğan à indiquer qu’avant la signature du protocole de rapprochement avec l’Arménie, la Turquie s’était d’abord entretenu avec l’Azerbaïdjan.

Erdoğan indique à The Guardian qu’il a de très bonne relation avec le président Iranien Ahmedinejad et qu’il ne pense pas que l’Iran veuille obtenir l’arme nucléaire.

Erdoğan à rappeler que du temps de jacques Chirac la Turquie et la France avaient de très bonnes relations, et que ceci s’est détérioré avec la venue de Nicolas Sarkozy qui ne respecte pas les paroles de ses prédécesseurs.

Share
Ramazan 26 octobre, 2009 Politique étrangère No Comments >> Mots clés: ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum