Accueil » Europe » Lecture courante:

Rasmussen insiste auprès des pays de l’UE pour qu’ils développent leurs relations militaires avec la Turquie

A l’issue d’une réunion avec les ministres européens de la Défense, Anders Fogh Rasmussen a déclaré qu’il faudrait « conclure un accord de sécurité avec la Turquie et lui donner une place dans l’Agence Européenne de Défense (AED) ».

D’autre part, a-t-il ajouté, il faudrait « mettre l’accent sur le fait que la coopération doit impliquer tous les pays de l’OTAN et de l’UE » sans exception.

Toutefois, M. Rasmussen a reconnu que le « problème de fond, c’est-à-dire la division de Chypre ainsi que la querelle correspondante, persiste ». La Turquie n’est pas membre de l’Union européenne mais bien de l’OTAN et la Chypre, au contraire appartient à l’UE mais pas à l’OTAN.

Ce différend a paralysé toutes les tentatives menées jusqu’à présent pour que les rapports entre les deux organisations n’en pâtissent pas.

Aujourd’hui par exemple, l’UE et l’OTAN ne peuvent échanger d’informations sensibles bien qu’elles mènent des opérations côte-à-côte exigeant une parfaite coordination, comme en Afghanistan, au Kosovo et au large de la Somalie.

Refusant de parler de blocage, M. Rasmussen a néanmoins assuré qu’un « pas en avant » avait été fait durant le sommet de l’OTAN. Ce dernier a fixé le 20 novembre à Lisbonne, un « cadre politique » aux futurs rapports de coopération entre les deux organisations.

Les dirigeants de l’Alliance atlantique ont reconnu le rôle de l’UE en tant que partenaire privilégié dans les opérations de stabilisation. Cependant, a souligné M. Rasmussen, « nous avons besoin de mesures concrètes » pour surmonter ce problème turco-chypriote, qui empêche l’OTAN et l’UE d’avoir des relations normales et formelles.

Share

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum