Accueil » Turquie » Lecture courante:

Plus de 40 arrestations pour complot présumé

Recep Tayyip Erdoğan en Espagne le 22 février 2010

Le Premier ministre turc a confirmé l’arrestation d’une quarantaine de personnes, dont les ex-chefs de l’aviation et de la marine.

Une quarantaine de personnes, dont les ex-chefs de l’aviation et de la marine, ont été arrêtées lundi en Turquie lors d’une rafle impressionnante de la police dans le cadre de complots présumés visant à renverser le gouvernement islamo-conservateur, rapportent les médias.

Le chef d’état-major, le général Ilker Basbug, a reporté un déplacement en Egypte tandis que le ministre de l’Intérieur, Besir Atalay, qui accompagne le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, en visite en Espagne, a affirmé suivre les développements “de près”, précise l’agence de presse Anatolie.

A Madrid, M. Erdogan a annoncé que “plus de 40 personnes ont été interpellées”, refusant de commenter “une affaire devant la justice”.

L’ex-chef de l’armée de l’air, le général Ibrahim Firtina, l’amiral Özden
Örnek, ex-commandant de la marine, Ergin Saygun, ex-numéro deux de l’état-major, et un ancien commandant de la marine, l’amiral Ahmet Feyyaz Ögütçü, ont été interpellés à Ankara et Istanbul.

D’autres hauts gradés de l’armée à la retraite et des militaires toujours en service ont été arrêtés par la police, selon les chaînes d’information CNN-Türk et NTV.

Les militaires arrêtés ont été conduits à Istanbul où ils étaient interrogés par la police avec les autres suspects interpellés.

Ils devaient ensuite être entendus par des procureurs qui pourraient les déférer devant un tribunal pour les inculper “d’appartenance à une organisation armée”.

Ces arrestations s’inscrivent dans le cadre de l’enquête sur un plan dénommé Balyoz (marteau de forge), révélé en janvier par un journal libéral, qui aurait eu pour objectif d’organiser une série d’attentats à la bombe contre des
mosquées, afin d’inciter les fidèles à investir la rue pour manifester
violemment.

Ces activités de déstabilisation auraient été suivies par des initiatives visant à accroître le chaos telles un incident aérien entre la Turquie et la Grèce pour montrer l’incompétence du gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP), issu de la mouvance islamiste et au pouvoir depuis 2002.

Des informations sur plusieurs complots présumés contre le gouvernement, remontant à 2003 et 2004, ont été révélées par la presse, provoquant une succession de procédures judiciaires qui ont attisé les tensions entre les partisans du gouvernement, accusé d’avoir un plan caché d’islamisation du pays, et ses opposants.

MM. Firtina et Örnek avaient été entendus en qualité de suspects en décembre à Istanbul par les procureurs qui instruisent différentes enquêtes pour complot sous la bannière de l’affaire Ergenekon, un réseau qui aurait cherché à provoquer un putsch militaire.

Près de 200 personnes de tous bords (mafieux, avocats, journalistes, universitaires, militaires) sont jugées depuis 2008 dans le cadre de l’affaire Ergenekon, dont la révélation est considérée par certains comme une avancée démocratique en Turquie, mais critiquée par d’autres comme un moyen, pour le
gouvernement, de museler l’opposition laïque.

L’armée, qui a déposé quatre gouvernements depuis 1960 et est considérée comme l’épine dorsale du régime laïc mis en place par Atatürk, fondateur de la Turquie moderne, a rejeté récemment toute velléité de putsch, déclarant que le temps des coups d’Etat était révolu.

Share
Mert 22 février, 2010 Turquie No Comments >> Mots clés: ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum