Accueil » Monde » Lecture courante:

Nouvelles discussions entre l’Iran et six début 2011 en Turquie

Achevant à Genève leurs premières discussions sur le programme nucléaire de l’Iran depuis plus d’un an, Téhéran et les Six (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) sont convenus mardi de tenir une nouvelle phase de pourparlers début 2011 en Turquie.

La réunion de Genève, débutée lundi, n’a pas permis d’avancer sur le fond du dossier -la volonté du Conseil de sécurité des Nations unies d’obtenir de Téhéran la suspension de ses activités d’enrichissement d’uranium-, selon des représentants des Six. “En substance, nous n’avons pas avancé”, a confié l’un de ces représentants. “C’était un échange de vues.”

Les délégués iraniens ont en revanche consenti à ce que les exigences des Six soient abordées lors des discussions, ce qui a permis de s’entendre sur une nouvelle phase de pourparlers en Turquie en début d’année prochaine.

La Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, a ainsi affirmé que l’accord sur la réunion en Turquie avait été conclu après “des discussions substantielles”.

“Nous nous sommes entendus avec l’Iran sur la poursuite de ces discussions fin janvier à Istanbul”, a déclaré Mme Ashton, qui s’exprimait au nom des Six. “Nous prévoyons de discuter de détails pratiques et des moyens de coopérer pour trouver une solution à l’intégralité de nos préoccupations concernant la question nucléaire.”

La Haute représentante de l’Union européenne s’était précédemment opposée à la tenue d’une réunion à Istanbul, où l’Iran pourra bénéficier du soutien de son allié turc. Le choix annoncé mardi apparaît donc comme une concession à Téhéran.

Saïd Jalili, négociateur en chef de l’Iran sur le nucléaire, a confirmé l’accord sur la réunion d’Istanbul, tout en soulignant que Téhéran ne renoncerait nullement à son droit à enrichir de l’uranium à des fins pacifiques. “Nous rejetons l’idée de pourparlers sous pression”, a-t-il dit, ajoutant simplement que les prochaines discussions concerneraient “la question de la coopération” entre l’Iran et les Six.

De son côté, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré à Téhéran que la levée des sanctions onusiennes contre son pays permettrait de faire avancer les négociations.

“Si vous venez aux discussions avec sincérité, loyauté envers le droit, amitié et respect pour les droits formels de la nation iranienne, et qu’ensuite vous annulez les erreurs que vous avez faites en annulant les résolutions, les sanctions et certaines restrictions que vous avez imposées, cela sera assurément utile”, a déclaré M. Ahmadinejad, cité par la télévision officielle.

Ni les offres de coopération technique et économique, ni les quatre trains de sanctions adoptés par le Conseil de sécurité de l’ONU n’ont jusqu’ici convaincu l’Iran de geler son programme d’enrichissement d’uranium, découvert il y a huit ans.

L’Occident suspecte l’Iran de vouloir se doter de l’arme atomique. Téhéran assure de son côté que son programme d’enrichissement vise uniquement à produire de l’électricité et à fabriquer des isotopes radioactifs à usage médical.

Share
Ramazan 7 décembre, 2010 Monde No Comments >> Mots clés: , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum