Accueil » Sport » Lecture courante:

Mondial de Basket 2010 : La Serbie se paye l’Espagne !

Tenante du titre, l’Espagne a été éliminée en quarts de finale du Mondial par la Serbie (89-92), mercredi en Turquie.

C’est Teodosic qui a donné la victoire aux Serbes d’un trois points de dix mètres à trois secondes du terme de la rencontre!

Les hommes de Dusan Ivkovic retrouveront la Turquie, qui a battu la Slovénie (95-68).

Le champion du monde n’est plus. Aussi impensable que cela puisse paraître, la dynastie de l’Espagne s’est achevée à Istanbul, là où tout le monde la voyait pourtant se poursuivre.

Depuis quatre ans, la Roja avait accumulé les distinctions: l’or au Mondial 2006, l’argent à l’Euro 2007 puis aux Jeux Olympiques 2008, et l’or à nouveau à l’Euro 2009.

Cette année, elle se contentera, au mieux, d’une cinquième place symbolique. Encore faudra-t-il qu’elle se remobilise pour les matches de classement.

Son bourreau n’est autre que la Serbie (92-89), celle qu’elle avait vaincue il y a un an (85-63), en Pologne, en finale du Championnat d’Europe. Mais depuis, la jeunesse serbe a pris du bagage tandis que l’Espagne, elle, a dû faire en Turquie sans son arme maîtresse, Pau Gasol. L’impact de son absence a sans doute été sous-estimé alors que des signes avant-coureurs existaient pourtant, avec deux défaites concédées contre la France et la Lituanie au premier tour de ce Mondial 2010.

Ce mercredi soir, le secteur intérieur espagnol n’a fait le poids que par intermittence tandis que les extérieurs adverses ont, eux, affiché une insolente adresse (15/30 à trois points soit 50%). Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si c’est sur un shoot from downtown de Teodosic, à 3″1 du buzzer, que le match s’est joué. Sur un ultime tir primé à 1’25″ de la sirène, Navarro avait redonné un peu d’espoir aux siens. Et Marc Gasol avait même égalisé une minute plus tard (89-89, 40e). Mais cela n’a pas suffi à rattraper un début de dernier quart-temps poussif qui, à l’arrivée, coûte très cher aux joueurs de Sergio Scariolo.

Navarro n’a pas suffi

Avec 12 points et 5 rebonds au compteur, Teodosic n’a pas été le plus en verve. Cela ne l’empêchera pas de rester le héros de ce quart de finale épique. Peut-être même plus que le huitième entre l’Argentine et le Brésil qui avait été, la veille, d’une qualité déjà extrême. Dès le premier quart-temps, cette rencontre a été un feu d’artifice d’une rare intensité, d’une rare beauté. Bjelica et Velickovic ont été les premiers à annoncer la couleur en allumant des fusées à longue distance qui ont ébloui les champions du monde pendant deux minutes (23-13, 8e). Mais Navarro a, presque à lui seul, ramené les siens à la force d’un poignet aussi bien huilé à mi-distance qu’en périphérie. Le banc espagnol, à l’image de Llull et Mumbru, s’y est aussi employé en début de deuxième quart-temps (28-29, 23e).

Mais le collectif des Serbes, orchestré autour de Keselj (17 points), Savanovic (15 points, 5 rebonds) et Krstic (13 points, 9 rebonds), leur a permis de garder une certaine avance avant le repos (49-41, 20e). Un avantage qui a fondu dès le retour des vestiaires quand Fernandez, Garbajosa et Navarro, dans une forme époustouflante (27 points), s’y sont mis à trois pour redonner un peu plus de piquant à cette rencontre. En moins de deux minutes, l’Espagne a recollé au score sans que les joueurs de Dusan Ivkovic n’aient eu le temps de respirer. Le début d’un autre match. Jamais plus dans le troisième quart l’écart n’a alors excédé trois points. Une minute la Roja était devant, la suivante la Serbie reprenait le contrôle.

Il a fallu attendre le tout début du dernier acte pour que Keselj et Savanovic donnent un gros coup derrière la tête des Espagnols (72-64, 32e). Le coup de trop, pensait-on alors. Mais l’Espagne, moins impériale que par le passé, tenait plus que tout à sa couronne et s’est donc battue jusqu’au bout pour la conserver. Jusqu’à ce tir venu de nulle part, face au panier à dix mètres, de Teodosic, MVP de la saison régulière en Euroligue. Un shoot qui n’entrera dans la légende que si la Serbie réalise l’incroyable performance d’être sacrée dimanche prochain, en finale. En attendant, elle devra se frotter dans le dernier carré à la Turquie, qui a surclassé la Slovénie (95-68). Un nouveau défi. Pour un nouvel exploit ?

Share
Ramazan 8 septembre, 2010 Sport No Comments >> Mots clés: , , , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum