Accueil » Europe » Lecture courante:

L’Union européenne doit honorer ses engagements à l’égard des actuels candidats officiels, dont la Turquie, et poursuivre le processus de négociation

Un rapport sur l’avenir de l’Europe, commandé par les dirigeants des pays de l’UE et publié samedi, met en garde contre une “marginalisation” du continent face à l’Asie faute de réformes ambitieuses en matière économique, politique voire militaire.

Sans nouvel élan, “l’Union et ses Etats membres pourraient s’enfoncer dans la marginalisation et devenir une péninsule occidentale de plus en plus négligeable du continent asiatique”, souligne le document réalisé par un comité des sages.

Commandé fin 2007 – à l’intiative de la France notamment – ce rapport sur l’avenir de l’Union européenne à l’horizon 2030 a été réalisé par un groupe de personnalités sous la présidence de l’ex-Premier ministre espagnol, Felipe Gonzalez.

“L’heure est résolument à la mondialisation (…) Si nous ne voulons pas rejoindre les rangs des perdants, il nous faut agir avec détermination dès à présent”, souligne le rapport.

Il a été dévoilé à la veille du 60ème anniversaire de la déclaration du Français Robert Schumann, considérée comme l’acte de naissance de l’UE et célébrée par la “Journée de l’Europe”

A la lumière de la crise en zone euro, les auteurs exhortent les pays européens à une plus grande “coordination” de leurs politiques économiques, notamment à travailler en plus étroite collaboration pour définir leurs politiques budgétaires nationales.

Il faudrait “harmoniser les processus et calendriers budgétaires”, dit le rapport, et “renforcer les procédures de surveillance des budgets nationaux” pour réduire les déficits.

Le document soutient aussi la volonté des dirigeants de la zone euro, exprimée vendredi soir lors d’un sommet, de se doter d’un fonds de soutien pour les pays confrontés à de graves difficultés financières.

Plus généralement, il exhorte les pays européens à investir dans la recherche, l’éducation et la formation pour relancer une croissance économique atone, et à réformer les marchés du travail.

Il leur demande aussi de s’attaquer au vieillissement démographique en faisant de la retraite “un droit et plus une obligation”, et en ne fermant pas les portes de l’immigration. “Le recours à une main-d’oeuvre étrangère fera partie de la solution”, dit-il.

En matière de défense, le rapport invite les différents pays à avoir “une vision européenne” plutôt que de continuer à agir chacun de leur côté.

Et concernant l’élargissement de l’UE, le rapport estime que “l’Union doit honorer ses engagements à l’égard des actuels candidats officiels, dont la Turquie, et poursuivre le processus de négociation”.

Ce passage ne devrait guère réjouir le président français Nicolas Sarkozy, qui en 2007 avait émis l’idée de ce groupe de sages dans l’espoir qu’il débatte notamment de l’adhésion de la Turquie à laquelle il est opposé, et de la question de frontières de l’UE à fixer pour l’avenir.

M. Gonzalez a toutefois fait valoir lors d’une conférence de presse qu’”il n’y avait nulle mention dans le mandat du comité de la définition des frontières de l’Europe”.

Remettre en cause les négociations ferait “perdre sa crédibilité” à l’Union européenne, a-t-il estimé.

Parmi les autres membres du comité figurent l’ancien président polonais Lech Walesa, l’ex-présidente lettone Vaira Vike-Freiberga et l’ex-dirigeante syndicale française Nicole Notat.

Share
Ramazan 8 mai, 2010 Europe No Comments >> Mots clés: ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum