Accueil » Économie » Lecture courante:

Les performances économiques de la Turquie impressionnent sur ces dix dernières années

Inflation maîtrisée après des décennies de cauchemar à deux chiffres, dépense publique raisonnable, les Turcs se vantent aujourd’hui de respecter les critères de Maastricht mieux qu’aucun Etat membre de l’Union européenne.

Le pays a bien résisté à la crise, malgré une montée rapide du chômage, se payant le luxe, au plus fort de la tourmente mondiale, d’améliorer son classement chez les principales agences de notation.

L’ouverture de l’économie turque, entamée dès les années 1980, et accélérée par l’union douanière (1996) avec l’Union européenne (UE), a été poursuivie.

Les capacités d’exportation se sont développées – nouveaux produits, nouveaux marchés, notamment au Moyen-Orient, et la faiblesse des capitaux internes a été compensée par un afflux d’investissement, en provenance d’Europe à 80 %.

Les performances économiques de la Turquie impressionnent sur ces dix dernières années : classée 17e économie mondiale, la Turquie fait partie des grands émergents ; son produit intérieur brut (PIB) a triplé en trois ans, et elle affiche les plus belles perspectives de croissance de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Cette économie florissante est un atout diplomatique. Elle permet de positionner la Turquie comme pôle de croissance régionale et renforce son image de “soft power”.

L’horizon des acteurs économiques turc s’est élargi ces dernières années sur fond d’accords de libre-échange et de libre circulation avec des pays de la Méditerranée et du Moyen-Orient. La présence de 25 000 travailleurs turcs en Libye, révélée à la faveur des affrontements récents, témoigne de l’intensité des relations économiques avec certains pays amis. Cette croissance exceptionnelle ne vient cependant pas à bout de problèmes structurels.

La demande énergétique croît rapidement alors que le pays ne dispose d’aucune ressource, ce qui le contraint à des calculs diplomatiques complexes pour assurer ses approvisionnements – les priorités des relations avec la Russie, l’Azerbaïdjan, l’Iran, l’Irak, sont en grande partie dictées par les impératifs énergétiques.

Share
Ramazan 6 juin, 2011 Économie No Comments >> Mots clés: ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum