Accueil » Monde » Lecture courante:

Les négociations nucléaires entre l’Iran et l’Occident ont commencé au Palais Çırağan à Istanbul

Les négociations nucléaires entre l’Iran et l’Occident ont commencé au Palais Çırağan.

Les pourparlers d’Istanbul sont qualifiés d’opportunité historique.

Istanbul accueille pendant deux jours les pourparlers sur le programme nucléaire de Téhéran, entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, l’Allemagne et l’Iran.

Le groupe de réflexion mondialement célèbre, Stratfor, a publié un article intitulé “Le rôle de la Turquie dans les pourparlers avec l’Iran”. Cet article met en évidence la politique extérieure active menée par la Turquie ces derniers temps, qui en a fait un pays important non seulement dans sa région mais également sur l’arène mondiale.

Le fondateur de Stratfor et spécialiste en diplomatie de renom international, George Friedman, est l’auteur de cet article qui souligne qu’il est très important que la Turquie joue un rôle conciliant dans les tensions entre l’Occident et les pays régionaux, pour la paix mondiale.

Le Wall Street Journal, quotidien américain prestigieux, a annoncé que la Turquie, intervenue dernièrement pour résoudre la crise politique au Liban, se préparait à exposer un effort similaire pour la question des activités nucléaires de l’Iran.

Un article paru dans le Washington Post, met en évidence le rôle éminent des politiques de zéro problème avec les pays voisins et de profondeur stratégique, du chef de la diplomatie turque, dans la montée de l’influence turque dans sa région.

Le journal martèle entre autres que la Turquie est un pays clé, non seulement pour le dossier iranien mais également pour le traitement de tous les dossiers sensibles du Moyen-Orient.

Dans le processus amorcé par le programme d’enrichissement d’uranium entamé par l’Iran en l’an 2000, une feuille de route tente d’être élaborée à Istanbul dans le cadre de la recherche d’une formule qui dissiperait les craintes de la communauté internationale.

Après 14 mois d’intervalle, les représentants des Etats-Unis, de la Russie, la Chine, l’Angleterre, la France et l’Allemagne se sont réunis le mois dernier dans le processus de négociations amorcé à Genève et poursuivit à Istanbul.

Le secrétaire du Haut-conseil de sécurité national, Saïd Djalili, présidant la délégation iranienne, et la haute représentante de l’Union européenne pour la politique étrangère et la sécurité Catherine Ashton représentant l’Union européenne ont participé à la réunion. Le sous-secrétaire du département américain d’Etat, William burns, y était également présent.

Par ailleurs, l’administration américaine a fait part de son appréciation de la tenue en Turquie des pourparlers sur le programme nucléaire de Téhéran entre les cinq membres permanents du conseil de sécurité de l’Onu, l’Allemagne et l’Iran.

L’Iran avait de son côté qualifié cette réunion de “dernière chance” pour l’Occident.

Le chef de la diplomatie turque, M. Ahmet Davutoğlu a relaté l’approche de la Turquie sur la question. Il a affirmé qu’il devait y avoir une solution selon laquelle tous les pays pourraient accéder à une technologie nucléaire pacifique mais pas à l’armement nucléaire, ajoutant que la Turquie a toujours essayé de contribuer à cette solution par sa diplomatie efficace.

La réunion d’Istanbul est suivie par près de 400 membres de la presse étrangers et locaux.

Share
Ramazan 21 janvier, 2011 Monde No Comments >> Mots clés: , , , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum