Accueil » En bref »Politique étrangère » Lecture courante:

Le président islandais : la Turquie et l’Islande pourraient coopérer

Le président islandais se dit impressionné par les projets ambitieux de la Turquie en matière d’énergies géothermiques, un possible terrain de coopération entre les deux pays pour l’avenir.

L’Islande, dont on parle actuellement à cause de l’éruption du volcan Eyjafjöll, et la Turquie partagent des points de convergence allant de la coopération de l’OTAN aux luttes pour les crises économiques.

C’est également un autre pays candidat à l’adhésion à l’UE.

Zaman a rencontré le président islandais Olafur Ragnar Grimsson qui a évalué la trajectoire future des relations turco-islandaise et les possibilités de coopération dans le domaine de l’énergie.

Que pensez-vous des relations entre la Turquie et l’Islande? Quels sont les domaines d’intérêt commun, et les domaines possibles de coopération?

Le principal domaine dans lequel l’Islande et la Turquie peuvent travailler ensemble est celui de l’énergie propre, en particulier la géothermie. Lorsque j’ai visité la Turquie il y a deux ans, j’ai rencontré le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le ministre de l’Energie afin de discuter de la façon dont l’expérience géothermique en Islande pourrait être utile pour la Turquie. En Turquie, il y a d’énormes ressources géothermiques qui ne sont pas utilisées. J’ai été impressionné cette année lorsque j’ai participé au World Future Energy Summit d’Abou Dhabi, lorsque le Premier ministre turc a décrit les plans très ambitieux concernant des projets sur les ressources géothermiques en Turquie. L’Islande est le premier pays au monde en termes d’utilisation des ressources géothermiques. L’énergie propre au 21e siècle est très importante pour le changement climatique, et je pense que la coopération  en matière d’énergie propre et géothermique est probablement le domaine où la Turquie et l’Islande pourraient travailler le plus efficacement.

Quelle est la position de l’Islande par rapport à la crise économique qu’elle traverse? Quelles sont les dernières nouvelles à ce propos?

Bien sûr, la crise économique a généré de nombreuses difficultés et des défis pour nous. Mais je pense qu’aujourd’hui nous pouvons être positifs car les difficultés ne se sont pas révélées aussi catastrophiques qu’on le pensait. Le taux de chômage est plus faible que prévu. La croissance économique est relancée. Le secteur de l’export se renforce tout comme celui de la pêche, de l’énergie, du high-tech, du tourisme. L’économie islandaise a su montrer les forces qui lui permettront de sortir de la crise plus rapidement et plus efficacement que ce qui était prévu.

Il a été rapporté que beaucoup ont choisi de quitter l’Islande à la suite de la crise. Est-ce vrai?

Au cours des 50 dernières années, lorsque nous avons eu une crise semblable à celle d’aujourd’hui, il y a eu beaucoup plus de gens qui ont quitté le pays. Je pense que l’ont peut se réjouir qu’une grande partie de la jeune génération soit venue à la conclusion que malgré la crise, l’Islande était un bon endroit pour vivre. Ainsi, contrairement à ce qui était prévu, nous n’avons pas perdu tant de population que ça. Certains sont partis, certes, mais ils ne sont pas très nombreux.

L’éruption du volcan Eyjafjöll a-t-elle affecté votre économie? Dans quelle mesure?

Eh bien, nous ne savons pas encore. Bien sûr, elle a eu un impact sur la communauté agricole vivant à proximité de la montagne en question, mais nous n’avons pas encore constaté d’impact sur le tourisme. Il est important que les habitants d’autres pays se rendent compte que l’Islande est un pays sûr malgré les éruptions volcaniques. Cette éruption est également l’occasion de voir la force de la nature. Je pense donc qu’elle peut avoir des effets négatifs sur le court terme mais sur le long terme certainement pas.

Source : Zaman
Share

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum