Accueil » Économie »Europe » Lecture courante:

Le dynamisme et la vitalité économique d’Istanbul attirent de plus en plus d’Européens chaque année.

De plus en plus de ressortissants allemands font le choix de partir à Istanbul où ils espèrent faire carrière.

La prospérité économique et le charme culturel de la ville y sont pour beaucoup. En cinquante ans, le mouvement migratoire entre l’Allemagne et la Turquie s’est inversé.

Les temps changent. La population jeune et diplômée d’une Europe démographiquement âgée ne se rend plus en Turquie pour ses plages ou pour ses aventures extrêmes, mais pour y trouver un emploi.

Alors que le monde vit toujours les conséquences de la crise économique, les Allemands sont de plus en plus attirés par Istanbul dont le dynamisme, à l’image du pays, est en pleine expansion. Avoir travaillé en Turquie représente dorénavant un certain prestige pour les Allemands.

Il y a cinquante ans, les premiers Turcs prenaient le train en direction de l’Allemagne afin d’y gagner juste ce qu’il fallait d’argent pour acheter une maison et une voiture, et retourner au pays. Ce retour définitif qu’ils n’accompliront jamais, leurs petits-enfants, diplômés d’université, ont fini par le réaliser. Cette question du retour des jeunes Turcs instruits préoccupe beaucoup l’Allemagne. Mais pas seulement. A présent, les Allemands aussi partent. La directrice de l’Institut Goethe à Istanbul témoigne : « Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de demandes que je reçois. Beaucoup d’artistes et de chanteurs allemands veulent venir en Turquie, à Istanbul. Auparavant, il était question d’une émigration vers l’Allemagne. Aujourd’hui c’est réciproque, les Allemands veulent également émigrer en Turquie. »

La Turquie, pays le plus attractif de l’Europe

Cem Senturk, l’académicien de la Fondation du centre de recherches sur la Turquie (TAM) en Allemagne confirme l’actuelle attractivité de la Turquie. « La croissance de l’économie turque et le charme d’Istanbul ne séduisent pas seulement les Turcs. Les étrangers aussi en sont des adeptes. Pour les jeunes allemands, Istanbul est l’une des destinations prestigieuses parmi New York, Londres ou Madrid pour trouver un emploi » ajoute-t-il.

Senturk rappelle les déclarations du cinéaste Fatih Akin qui disait ne plus trouver d’inspiration à Hambourg et voulait s’installer à Istanbul, une ville chargée d’histoire selon ses mots. D’après l’académicien, 34.000 Allemands viennent chaque année en Turquie, alors que 31.000 Turcs émigrent vers l’Allemagne. C’est le cas de Savas Genc, professeur agrégé en sciences politiques, qui a fait le choix de l’émigration professionnelle. Son objectif est de faire une bonne carrière en Turquie. « L’espérance de vie est très élevée en Europe, un professeur peut enseigner jusqu’à 70 ans. Les postes pour les académiciens et surtout pour les chercheurs en sciences humaines ne sont pas faciles à obtenir. La Turquie est avantageuse pour eux. L’évolution de carrière est beaucoup plus rapide pour un jeune qualifié. En Turquie, on a toujours une longueur d’avance quand on maîtrise plusieurs langues étrangères. Tandis qu’en Allemagne, malgré toutes mes réussites, je n’avais pas un avenir assuré » affirme Savas Genç.

Istanbul, pleine d’aventures et de carrières

Cigdem Akkaya, conseillère à l’intégration des Allemands en Turquie, est née en Allemagne où elle y a terminé ses études, avant de venir s’installer à Istanbul. Elle aussi a choisi cette ville pour des raisons professionnelles. D’après Akkaya, les Européens ont perdu leur prospérité avec la crise économique et cherchent à présent de nouveaux horizons. Les Turcs, aussi bien que les Allemands, viennent en Turquie essentiellement pour Istanbul. Cette ville les séduit par son dynamisme, sa jeunesse et son ambiance festive, ce qui tranche avec le style monotone et routinier de la vie européenne.

Zaman France
Share
Ramazan 24 avril, 2011 Économie, Europe No Comments >> Mots clés: , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum