Accueil » Économie » Lecture courante:

Le 6ème Forum économique turco-arabe se tiendra les 26 et 27 avril à Istanbul

Le 6ème Forum économique turco-arabe se tiendra les 26 et 27 avril à Istanbul dans un contexte régional marqué par des changements importants et irréversibles dans plusieurs pays arabes, qui poussent le monde des affaires turc à repenser ses stratégies économiques et commerciales pour la région arabe.

Ce Forum, qui s’est imposé au fil des années comme une plateforme idoine de débats et d’échanges sur des questions à caractère économique et commercial intéressant la Turquie et le monde arabe, se réunira cette année dans un climat particulier où inquiétudes et incertitudes se mêlent à l’espoir en l’avenir et le désir de tirer profit des opportunités que ne manquera pas de générer le nouveau monde arabe.

Le contexte arabe, où les contestations populaires ont conduit au changement de régime en Tunisie et en Egypte et continuent d’enflammer les rues au Yémen et en Syrie, sans parler de la tournure dramatique qu’elles ont prises en Libye, amènent le monde des affaires turc à se poser des questions sur ses stratégies futures dans cette région.

Le Forum économique turco-arabe offre donc une occasion pour éclairer et rassurer sur l’avenir des affaires dans le monde arabe, qui constitue pour la Turquie un marché important et prometteur à conquérir aussi bien en termes d’investissements que de commerce.

Les échanges commerciaux de la 16ème puissance économique du monde avec les pays de la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) ne représentent que le 1/6ème du total de ses transactions avec l’étranger, qui s’élèvent à 300 milliards de dollars.

Ce chiffre du secrétariat d’Etat turc au Commerce extérieur reflète clairement l’ampleur du travail qui reste encore à faire pour renforcer davantage les liens économiques entre les deux parties afin de les porter au niveau de l’excellence des relations politiques et historiques qui lient la Turquie aux pays arabes.

Depuis le lancement de ce Forum en 2005, les échanges entre la Turquie et la région MENA vont en augmentant, bien qu’ils aient souffert, à des degrés divers, de la crise économique mondiale entre 2008 et 2009. Ils ont pratiquement doublé en l’espace de cinq ans, passant de près de 25 milliards de dollars en 2005 à 50,6 milliards en 2010.

Organisé à l’initiative du groupe “Al Iktissad wal Aamal” et du ministère turc des Finances, le Forum économique turco-arabe réunit chaque année autour d’une même table responsables et hommes d’affaires arabes et turcs, venus discuter des opportunités d’affaires et d’investissement de part et d’autre.

Outre le volet important des échanges commerciaux, la Turquie, qui a opéré ces dernières années un rapprochement stratégique avec les pays arabes, veut défricher le terrain arabe pour ses investisseurs nationaux qui recherchent des extensions fructueuses à l’international.

Bien qu’elle ne soit pas à la hauteur des potentialités et des atouts des pays arabes, la présence des entreprises turques dans ces pays s’est renforcée ces dernières années, notamment au Maroc.

Très compétitives comme elles sont, les entreprises turques ont remporté plusieurs marchés dans le Royaume dans des domaines aussi variés que les autoroutes, le transport, le logement, l’industrie chimique etc.

Le dernier marché en date a été remporté par le groupe Tekfen, qui était en lice avec cinq autres compagnies internationales, notamment françaises et indiennes. Il s’agit de la construction d’un pipeline pour le transport des phosphates et de deux usines de production de diammonium (DAP) pour le compte de l’OCP, pour un coût global de 630 millions de dollars.

Pour leur part, les hommes d’affaires arabes, notamment ceux des pays du Golfe, trouveront en Turquie une destination rentable pour leurs investissements dans la mesure où ce pays émergent ne cesse d’épater le monde par ses performances économiques pour s’imposer comme une success-story devenue une réalité à coup de réformes continues dans tous les domaines.

Selon le FMI, le PIB de la Turquie devrait atteindre en 2011 plus de 956 milliards de dollars comparés aux 800 milliards réalisés en 2010, année durant laquelle le taux de croissance économique a atteint 8,9 pc, soit un des niveaux les plus élevés dans le monde.

Avec plus de 73 millions d’habitants, la Turquie, qui s’est engagée assurément sur la voie du décollage et de la stabilité économiques, occupe actuellement la 16ème place sur la liste des économies plus puissantes dans le monde et la 6ème en Europe, selon les responsables turques qui visent en 2023 la 10ème place sur le plan international.

Share

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum