Accueil » Europe » Lecture courante:

La France et l’Allemagne veullent un “partenariat privilégié” entre l’UE et la Turquie

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan critique vivement l’attitude de la chancelière allemande Angela Merkel dans les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE, dans la presse allemande samedi.

“Ce que la population turque attend, c’est que l’Allemagne joue un rôle moteur au sein de l’UE dans les négociations d’adhésion de la Turquie, comme ce fut le cas sous d’anciens gouvernements CDU”, le parti de Mme Merkel, affirme Erdogan dans le quotidien de Düsseldorf (ouest) Rheinische Post.

“Bien évidemment le déroulement jusqu’ici du processus d’adhésion donne l’impression d’une discrimination”, poursuit le Premier ministre qui doit arriver dimanche en Allemagne. “Par moments nous ne sommes même pas mis sur le même plan que des pays qui n’ont pas de perspective au sein de l’Union européenne”, ajoute-t-il.

“On n’a encore jamais mis de telles entraves politiques à un pays candidat à l’adhésion”, a-t-il dénoncé.

Jeudi, Recep Tayyip Erdogan avait déjà fait un coup de colère contre des propos du président français Nicolas Sarkozy, qui avait réitéré son opposition à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne.

“J’ai mis de nombreuses fois en garde M. Sarkozy sur cette question. Nous lui avons dit que son attitude concernant la Turquie est totalement erronée et nous allons l’interroger sur ce point”, avait déclaré M. Erdogan, lors d’une interview à la télévision turque ATV, jeudi tard dans la soirée.

La France et l’Allemagne sont favorables à l’établissement d’un “partenariat privilégié” entre l’UE et la Turquie, une option rejetée par Ankara, qui a entamé des négociations d’adhésion en 2005 après un vote à l’unanimité des pays membres du bloc européen.

Mais les négociations piétinent depuis, avec seulement 13 chapitres de négociations ouverts sur 35.

Dimanche, Erdogan doit tenir un discours devant la communauté turque à Düsseldorf avant d’inaugurer lundi, avec la chancelière, le salon des hautes technologies Cebit à Hanovre (nord).

Dans cet entretien, il réitère des propos sur les dangers de l’assimilation des Turcs en Allemagne, qu’il considère comme “une infraction au droit international” et qui avaient suscité un scandale il y a trois ans lorsqu’ils les avaient tenus pour la première fois.

“Dans le droit international il existe une règle selon laquelle les immigrés doivent entretenir la langue et la culture de leur pays d’origine dans les pays dans lesquels ils vivent”, affirme le dirigeant turc. “Par conséquent une politique qui consisterait à priver les immigrés de leur langue et leur culture serait une infraction au droit international”.

Erdogan avait déjà suscité un tollé en février 2008 en mettant en garde ses compatriotes immigrés contre l’assimilation. “Personne ne peut exiger de vous l’assimilation”, avait-il martelé devant quelque 20.000 personnes à Cologne (ouest).

Quelque 1,8 million de personnes possèdent un passeport turc, auxquelles s’ajoutent 700.000 Allemands d’origine turque, constituant la première communauté étrangère en Allemagne.

Share
Ramazan 26 février, 2011 Europe No Comments >> Mots clés: , , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum