Accueil » Économie »Politique étrangère » Lecture courante:

L’ascension turque en couverture de Newsweek

Le prestigieux magazine américain Newsweek s’intéresse à la Turquie et à sa nouvelle politique étrangère qu’il analyse dans son dernier numéro.

Dans son dernier numéro Newsweek a choisi de faire de l’ascension turque sa couverture. Le magazine y souligne que le référendum, qui est prévu pour le 12 septembre, va rapprocher la Turquie de l’Europe.

Le dernier numéro s’intéresse à la vision qu’a la Turquie de la politique étrangère.

On peut y lire : “la Turquie qui à une époque était l’allié évident des Etats-Unis […] est au cœur d’une politique étrangère qu’elle suit”.

L’impression que donne la Turquie de créer une alliance avec le monde musulman ne reflète pas la réalité. C’est une erreur que de penser que la Turquie doit être avec l’Union européenne ou les Etats-Unis ou le monde musulman.

Ces entités sont les éléments d’une politique dont la nouvelle Turquie est au cœur. C’est-à-dire que l’Europe, même si elle est la politique extérieure la plus importante de la Turquie, n’est pas la seule.

Ankara, allié et danger des Etats-Unis

Selon Newsweek les intérêts nationaux de la Turquie sont en contradiction avec d’anciens alliés, les Etats-Unis, l’OTAN ainsi que l’Europe. L’idée selon laquelle les Etats-Unis ne pourraient plus compter sur la Turquie comme alliée à ses côtés est cependant rejetée. Newsweek rapporte qu’Ankara, tout en étant l’allié des Etats-Unis, mettra en danger la sécurité de Washington et qu’elle continuera à suivre sa propre politique. Le magazine souligne de plus que malgré les efforts de l’Allemagne et de la France pour réduire les espoirs de la Turquie en vue d’une entrée dans l’UE, Ankara continue ses réformes. Ces propos sont illustrés par le paquet de réformes constitutionnelles. Le magazine rapporte enfin que le changement se fera en faveur de l’AKP au pouvoir. A cela s’ajoute cette affirmation : “quel que soit le but du referendum de septembre, celui-ci rapprochera la Turquie de l’Europe que celle-ci le veuille ou non. “

Share
Ramazan 6 août, 2010 Économie, Politique étrangère 1 Comment >> Mots clés: , ,

Currently there is "1 comment" on this Article:

  1. Portraits d'artistes dit :

    Oui la Turquie diversifie ses partenaires et zones d’influence. On peut qualifier cette diplomatie de néo-ottomane.
    L’Europe comme modèle de modernisation, le Caucase comme alliés riches en énergie, les Etats-Unis, évidemment et certains pays du Moyen-Orient pour lequel le gouvernement turc a des affinités et les entreprises turques des intérêts grandissants.
    Les nouveaux liens étroits avec certains pays musulmans et les attaques contre Israël créent un flou diplomatique pour ces alliés occidentaux. Et la Turquie ressort paradoxalement renforcée. Elle utilise sa position géo-stratégique au mieux en jouant une posture d’indépendance. Beaucoup de pays ont besoin de la Turquie, celle-ci se laisse désormais courtiser. La “rejeter” diplomatiquement comme le fait l’Allemagne ou la France ne favorisera pas nos intérêts nationaux.

    http://istanbul2010.blog.lemonde.fr/

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum