Accueil » Turquie » Lecture courante:

Des explosifs de 11 kg dans 2 grandes villes turques

Les enquêtes portants sur les activités terroristes du KCK qui est une branche du PKK poursuivent leur cours. Suite à des interpellations de leurs membres à Istanbul dans une boutique de textile du Grand Bazar, un terroriste actif surnommé “Botan” a pu être arrêté.

De son vrai nom Metin I., il a en effet été formé à employer des explosifs dans les montagnes frontalières de l’Est de la Turquie où se réfugie le PKK. Les aveux de ce terroriste ont permis de mettre à jour 5 kg d’explosifs enfouis à Basaksehir, dans un terrain vague proche du stade Olympique Atatürk.

Ces explosifs dépareillés dans des pochettes de 230 grammes accompagnés de 2 détonateurs ont pu être découverts suite à une fouille de l’équipe de recherche dans un espace d’environ 3000 m2. Après analyse, il a été avéré que la nature de ces explosifs étaient du C4.

En parallèle, un évènement similaire a permis de découvrir 6 kg d’explosifs dans la ville de Cesme proche d’Izmir. Un passant ayant remarqué un sac au bord de la route a mis à jour ces explosifs dépareillés en 29 paquets.

Dans le but de savoir l’origine de cette trouvaille, l’équipe de gendarmes a remplacé les explosifs par d’autres paquets accompagné d’un système de GPS et a laissé le sac au même endroit sous la surveillance de caméras 3 semaines durant. Cependant, personne n’est venu récupérer le contenu.

Commissaire en chef et expert en explosif à la retraite, Nuri Nazmi Celik a déterminé que les explosifs découverts à Basaksehir avaient une portée de 100 mètres. Rappelant que un cratère de 2 à 3 mètres pouvant être créé, il a détaillé que l’explosion aurait pu être fatal dans un rayon de 25 mètres et de nature à blesser gravement dans un rayon de 50 mètres. Celik a fait le parallèle avec les grenades : “Elles contiennent 50 à 60 grammes de C4. Une grenade suffit a être meurtrier dans un appartement de 25 m2″. Insistant sur la nature très dangereuse de cette découverte, il a expliqué que le fait que ces explosifs aient été disséminés en petits paquets auraient pu servir dans diverses opérations terroriste du PKK.

L’opération effectuée à Istanbul a donc permis d’éviter une nouvelle fois un bain de sang orchestré par le PKK et le KCK qui œuvrent depuis les années 80 en Turquie. Régulièrement, des commissariats ou des policiers ont souvent été pris pour cibles. Le PKK et ses branches multiples comme le KCK sont reconnus comme mouvements terroristes par la Turquie, l’Union Européenne (et donc tous les pays membres) et les Etats-Unis.

Share
Cem 15 janvier, 2012 Turquie No Comments >> Mots clés: , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum