Accueil » Politique » Lecture courante:

Comment interpréter le coup judiciaire porté contre la toute puissante armée?

Est-ce vraiment le résultat d’un bras de fer entre laïques et islamistes?

La question est légitime, mais La réalité semble plus complexe comme l’explique un analyste turc, Ihsan Dagi à la rédaction d’euronews:

“Les récents evènements peuvent être vus comme une lutte entre une république de bureaucrates et une république démocrate plutôt que comme une confrontation entre un gouvernement islamiste et une armée laïque, c’est la douleur d’une transformation.”

Progressivement, les prérogatives de l’armée turque se retrécissent. En 2009 le président Abdullah Gül a signé une loi limitant la juridiction des tribunaux militaires: en temps de paix, les militaires seront jugés par des tribunaux civils.

Rien que la semaine dernière, le protocole dit Emasya a été aboli. Signé en 1997, ce protocole permettait aux militaires de prendre des décisions autonomes sous certaines conditions et sans l’accord préalable des autorités civiles.

Ces mesures visent à soumettre l’armée au pouvoir politique comme l’exige le processus des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Pour Ihsan Dagi, “On voit qu’il y a une résistance de l’armée envers l’Union européenne parce que le processus d’adhésion affaiblit la structure bureaucratique dominante à Ankara et le processus limite la gouvernance de la Turquie à Ankara. Dans ce processus, le fait de briser la résistance de l’armée face à l’UE va ouvrir la voie d’une démocratisation de la sphère politique turque”.

Share
Ramazan 24 février, 2010 Politique No Comments >> Mots clés: , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum