Accueil » Économie » Lecture courante:

Cebit 2011: La Turquie s’affiche comme un marché ouvert aux acteurs du mobile et d’internet

Invitée d’honneur du Cebit 2011, la Turquie s’affiche comme un marché ouvert aux acteurs du mobile et d’internet. Le potentiel de développement du secteur s’avère important au regard des données disponibles.

« Venez investir chez nous ! » C’est en substance le message lancé aux industriels européens de la high-tech par le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Une invitation formulée le 28 février dernier, lors de l’inauguration du Cebit.

Le grand salon allemand des hautes technologies se tient à Hanovre, en Allemagne, du 1er au 5 mars 2011.

Et apparemment, le discours de Recep Tayyip Erdogan ne manque pas d’arguments : “Afin de réaliser des progrès rapides, nous soutenons les recherches et les activités de développement et accordons aux entreprises étrangères et domestiques, qui investissent dans la haute-technologie des encouragements et des avantages fiscaux”. Des propos tenus au journal Hannoversche Allgemeine Zeitung, le quotidien de Hanovre, et relayés en français par l’AFP.

La Turquie, pays qui a affiché une croissance de 8% en 2010 (supérieure à tous les pays de l’Union européenne), entend bien continuer sa mise à niveau en matière de technologies de l’information et de la communication (TIC). Et il reste beaucoup à faire.

Selon les informations récoltées par l’institution d’aide à l’exportation UbiFrance, en 2010, seuls 50% des foyers étaient équipés au moins d’un ordinateur et 42% disposaient d’une connexion internet. Le nombre d’internautes est estimé à 27 millions, sur une population de 73 millions d’habitants, dont la moyenne d’âge est 29 ans, avec deux tiers de la population vivant en zone urbaine. Quant aux entreprises, 92,3% sont équipées au moins d’un ordinateur, et parmi elles, 90,9% ont une connexion internet.

En 2010, le poids total du marché des TIC était évalué à 26,1 milliards de dollars (US), en croissance de 6,5 % par rapport à 2009. Selon le groupe d’informations turque Interpromedya, les deux tiers, soient 18,5 milliards de dollars (US) relevaient des technologies de la communication. Le reste, 7,6 milliards de USD, des technologies de l’information (équipements, logiciels et services).

C’est donc le marché des télécoms qui est le plus actif, avec un recul des abonnements au téléphone fixe. Toujours d’après des données compilées par Ubifrance, le nombre des abonnés de l’opérateur historique Turk Telekom a chuté en un an de 19 à 16 millions. Une défection observée au profit du mobile, dont le nombre d’abonnés, lui, s’est stabilisé autour de 62 millions (dont 11 millions pour la 3G).

Mais il reste encore beaucoup à faire en termes d’infrastructures 3G pour favoriser et développer l’internet mobile dans le pays. Sans oublier que des appels d’offres pour les licences Wimax (internet mobile haut débit) sont aussi en cours. Autant de marchés à prendre pour les équipementiers télécom comme Alcatel-Lucent ou Nokia-Siemens… Mais attention, les chinois Huawei et ZTE sont aussi sur les rangs.

Share
Ramazan 2 mars, 2011 Économie No Comments >> Mots clés: , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum