Accueil » En bref »Politique étrangère » Lecture courante:

Athènes aimerai créer un climat de confiance avec Ankara

Il faut créer “un climat de confiance” pour avancer “graduellement” vers la réduction des armements grecs et turcs, a affirmé mardi le ministre-adjoint grec de la Défense, Panos Béglitis, à deux jours d’une visite très attendue du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

“Nous voulons nous aussi la baisse des armements mais la réduction ne peut rester sur un niveau de communication propagandiste”, a ajouté M. Béglitis dans une interview à la radio grecque Canal 1.

“La baisse des armements est l’achèvement d’une longue et difficile voie, le partage de la paix est l’achèvement d’une procédure acharnée, ce n’est pas le début”, a renchéri le ministre grec.

Il a dénoncé “un manque de corrélation entre la mise en cause de la souveraineté (ndlr: grecque en mer) Egée et les annonces réthoriques de réduction bilatérale des armements”, demandant à Ankara d’accorder “sa pratique, son comportement, et la révision de sa position en Egée”.

Il faut, a-t-il ajouté, “une pratique de respect du droit international et des Traités internationaux pour créer un climat de confiance et de sincérité entre les deux gouvernements et les deux pays, pour avancer graduellement vers la diminution des armements”.

M. Béglitis a affirmé que la Grèce n’avait “rien à craindre de la Turquie”.

“Bienvenue à M. Erdogan, nous parlerons, nous n’avons pas peur du dialogue sur les problèmes existants avec la Turquie, et non sur les problèmes fabriqués que la Turquie pose unilatéralement”, a-t-il déclaré.

M. Erdogan est attendu vendredi à Athènes pour une visite rarissime de deux jours avec plusieurs membres de son cabinet en vu de relancer le rapprochement bilatéral.

La dernière visite officielle à Athènes de M. Erdogan date de mai 2004, une visite historique censée sceller la détente entre les deux pays, en conflit notamment sur Chypre et sur des questions de souveraineté en mer Egée.

La Grèce, dont le budget d’armement est proportionnellement l’un des plus élevés d’Europe, s’est engagée à une cure d’austérité drastique pour réduire son déficit public qui frôlait 14% du PIB en 2009 en contrepartie d’un plan de sauvetage financier du pays au bord de la banqueroute.

Share

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum