Accueil » Économie » Lecture courante:

Alphan Manas voit dans Heuliez un moyen de fabriquer des voitures électriques en Turquie

Alphan Manas

L’entrepreneur turc, présent ce mardi sur le stand Heuliez, est toujours en négociations pour un investissement de 20 millions d’euros.

Le constructeur des Deux Sèvres a présenté la Mia, sa nouvelle voiture électrique vendue au prix de 17.900 euros.

Officiellement, Alphan Manas n’en est qu’au stade des négociations pour investir dans Heuliez.

Mais l’entrepreneur turc, surnommé ” Bill Gates ” dans son pays, semble suffisamment sur de son coup pour poser fièrement devant la dernière nouveauté du carrossier de Cerizay, sous les flash d’une quinzaine de journalistes venus de Turquie.

Avec ses planchers en plastique jaune fluo, son volant couleur grise, ses 2,8 mètres de longueur et ses 550 kilogrammes, la ” Mia by Heuliez ” pourrait être prise pour un grand jouet Fisher Price, si elle n’était exposée au Salon de Genève.

Elle sera commercialisée dans sa version trois places au prix de 17.900 euros, auquel il faut déduire la prime d’Etat de 5.000 euros.

” Je l’adore, cette voiture, s’exclame Alphan Manas. Elle est très compacte, facile d’accès avec ses portes coulissantes et dotée d’une bonne robotique. ” Signe de son enthousiasme, il porte sur le revers de sa veste un pin’s avec deux drapeaux français et turc entrecroisés.

” Ce n’est pas un concept car, mais quand vous êtes dedans, vous avez l’impression que c’est le cas “, déclare David Wilkie, responsable du style d’Heuliez.
Alphan Manas est l’homme providentiel pour Heuliez.

Depuis la semaine dernière, le dirigeant du fonds d’investissement Brightwell est en négociations exclusives pour investir 20 millions d’euros dans le constructeur délaissé par Bernard Krief Consulting (BKC), le repreneur désigné par le tribunal de commerce en juillet. BKC, qui n’a jamais apporté les 15 millions d’euros promis, a annoncé lundi qu’il était prêt à se retirer au profit de Brightwell.

C’est par l’intermédiaire de Murat Günak, ancien designer de Volkswagen et aujourd’hui directeur de l’image de marque chez Heuliez, qu’Alphan Manas est entré en contact avec les dirigeants du constructeur français.

Son idée : ” pouvoir assembler d’autres modèles de voitures électriques en Turquie “. L’homme d’affaire est convaincu que dans ce domaine, ” la demande sera plus élevée que l’offre “, quoiqu’en disent la plupart des constructeurs automobiles, encore relativement prudents sur le développement de l’électrique.

Mais l’accord final devra probablement inclure une garantie en terme d’emplois, compte-tenu de l’implication du gouvernement et de la région Poitou-Charentes dans ce dossier.

” Les pouvoirs publics fourniront des subventions à condition que nous gardions 95% des effectifs “, affirme Alphan Manas. D’après lui, ” aucun pays ne peut garantir sur le long terme la pérennité de ses sites industriels. Même pour la Turquie la question des coûts de fabrication se posera un jour. “

Share
Ramazan 3 mars, 2010 Économie No Comments >> Mots clés: , ,

Commentaires sur cet article:







*

Catégories

Login

Turquie de France sur Facebook

FootBall

Méssage récent du Forum